En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

À M. Zuckerberg: nettoyez WhatsApp!

À Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, à Chris Daniels, PDG de WhatsApp et aux régulateurs gouvernementaux:

Les preuves sont accablantes: WhatsApp est devenu une arme de destruction démocratique massive. Nous exigeons que Facebook installe immédiatement des protections contre la désinformation pour tous les utilisateurs de WhatsApp, et si nécessaire, rende le chiffrement optionnel afin que chacun puisse choisir d'aider à surveiller la désinformation. Vous devez supprimer tous les faux comptes et les comptes frauduleux, et corriger toutes les fausses informations dans les meilleurs délais.

Indiquez votre adresse e-mail:
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

C’est glaçant -- le nouveau président élu du Brésil veut lâcher des bulldozers sur l'Amazonie, a menacé de tuer 30 000 "gauchistes" et admire les dictatures. Pourtant il y a encore peu, quasiment personne n’envisageait de voter pour lui. Comment cela est-il arrivé?!

À cause de WhatsApp, une application de Facebook.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, n’a pas réagi lorsque de riches entreprises ont illégalement dépensé des millions de dollars pour inonder cette messagerie de fausses informations et de discours de haine -- jusqu’à ce que le pays finisse par faire davantage confiance à un obscur fasciste qu'à n’importe quel autre candidat.

M. Zuckerberg aurait pu réagir à temps et informer les utilisateurs. Il ne l’a pas fait. Aujourd’hui, c’est à nous de jouer pour couvrir Facebook de honte, tant que ses dirigeants n’auront pas pris leurs responsabilités -- ils doivent mettre fin aux f
ausses nouvelles et discours de haine sur leurs plateformes, avant que d'autres personnes de l'acabit du président du Brésil ne prennent le contrôle de nos démocraties et de notre avenir:
Publié le 1 Novembre 2018