Quelques heures pour éviter un nouveau Tchernobyl?

Aux membres du Parlement, aux gouvernements belge, français et à tous les gouvernements concernés dans l'Union européenne:

En tant que citoyens concernés partout en Europe, nous vous demandons de procéder immédiatement à une nouvelle évaluation de l'impact environnemental transfrontalier selon les dispositions de la directive EIE de l’EU et de la Convention d’Espoo de l’ONU. Cette étape est cruciale pour l'arrêt des réacteurs belges de Doel et Tihange au regard de l’inquiétude causée par les nombreuses fuites, les fissures, voire même les tentatives de sabotage de ces centrales. La sécurité publique est la priorité.
 
Indiquez votre adresse e-mail:
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
Avaaz protège vos informations personnelles et vous tiendra au courant de campagnes similaires.
Blurb_campaign18642 PostActionContent

2 février 2016: Nous avons remporté une première victoire! Après notre campagne massive, la ministre allemande de l'Environnement a obtenu de la Belgique qu'elle accepte une inspection par des experts extérieurs. Décuplons maintenant notre pression pour nous assurer que ces vieilles centrales nucléaires soient mises hors d'état de nuire et que notre sécurité passe en premier. Continuez à signer et partager la pétition!


Selon les experts, l’Europe pourrait être confrontée au risque nucléaire le plus grave depuis Tchernobyl, à cause du redémarrage par la Belgique de deux vieilles centrales pleines de fissures.

Un incendie et une explosion ont endommagé un des réacteurs vieillissants voilà quelques semaines et le directeur de la sûreté nucléaire belge lui-même a appelé à des contrôles après la découverte de 16 000 fissures! La France, comme l’ensemble des voisins de la Belgique, serait directement touchée par un tel désastre. Près des frontières, les citoyens allemands et néerlandais descendent déjà dans les rues pour manifester. La Belgique veut officialiser sa décision sans que les pays voisins n’aient leur mot à dire. Mais si nous sommes assez nombreux à sonner l’alarme dans les prochaines 24h, nous pouvons arrêter cette folie et obtenir de l’Union européenne ce que les Belges cherchent à éviter: une évaluation indépendante des risques.

Dans les prochaines 24h, déclenchons un énorme tapage médiatique et amenons les dirigeants de l’UE à évaluer la sécurité des centrales, ou à les fermer purement et simplement. Signez maintenant pour éviter le prochain Tchernobyl et faisons de cette action un tournant dans la bataille pour des énergies propres et sûres pour tous.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: