En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
A l'attention des pouvoirs publics marocains: Stop à la construction d'une mosquée au quartier ''Haut Anza" à Agadir

A l'attention des pouvoirs publics marocains: Stop à la construction d'une mosquée au quartier ''Haut Anza" à Agadir

1,211 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,211 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Karim A. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Karim A.
a lancé une pétition à destination de
A l'attention des pouvoirs publics marocains
Pour l'astronomique somme de 35 800 000 dhs (trois milliards et cinq cent quatre vingt millions de centimes) des honnêtes citoyens souhaitent construire une mosquée au quartier "Haut Anza" à la région d'Agadir, sauf que ce quartier où habite plus de 40 000 personnes dispose de maisons de jeunesse qui n'ont jamais pu ouvrir leurs portes faute de moyens financiers, les 2 dispensaires n'ouvrent qu'une heure ou deux par jour mais ne disposent ni de matériels ni de médicaments pour survenir aux besoins de la population, les infrastructures sportives sont quasiment inexistantes, pas de théâtres, pas de bibliothèques, pas de centres d'hémodialyse, pas d'école pour enfants aux différents handicaps... ni même un commissariat de police.
Par la présente pétition, nous souhaitons attirer l'attention des pouvoirs publics que la construction d'une immense mosquée au coût exorbitant n'est pas une priorité pour un quartier qui manque de tout et souhaitons que cet argent récolté serve d'abord au bien‐être de la population.