En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
L'Etat français : Liberté pour les 3 de Briançon - Solidarité sans frontière

L'Etat français : Liberté pour les 3 de Briançon - Solidarité sans frontière

1,320 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,320 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Laura B. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Laura B.
a lancé une pétition à destination de
L'Etat français
3 personnes sont aujourd’hui accusées d’avoir fait entrer des migrant-e-s de manière illégale sur le territoire français « en bande organisée ». Après avoir été emprisonnées à la prison des Baumettes à Marseille elles ont été relâchées avec toutefois l’obligation de rester sur le territoire français et doivent régulièrement pointer au commissariat de police. Le procès aura lieu le 31 mai et les accusé-e-s risquent jusqu’à 10 ans de prison et 750'000 euros d’amende. La gestion ultra-répressive de ce dossier par l’Etat français révèle une volonté de criminaliser de la migration et de la solidarité.

La manifestation à laquelle les « 3 de Briançon » sont accusé-e-s d’avoir participé faisait suite à la provocation du groupuscule Génération Identitaire, Samedi 21 avril, qui a bloqué le Col de l’Échelle, à la frontière française, pour dénoncer l’entrée de migrant-e-s sur le territoire. Le lendemain, une marche de solidarité regroupant près de 200 personne, dont des migrant-e-s a traversé la frontière franco-italienne pour se rendre à Briançon. Cette manifestation dénonçait le durcissement du contrôle des frontières et le discours ouvertement raciste de l’extrême droite.

Les membres de Génération identitaire n’ont par ailleurs pas été inquiétés par la justice à la suite de leur provocation pourtant illégale. Ce deux poids deux mesures révèle l’aspect politique du procès du 31 mai.
L’acharnement de la justice contre les 3 de Briançon est injustifiable et ne peux pas masquer la responsabilité des gouvernements de toute l’Europe face à la crise humanitaire majeure causée par leur gestion catastrophique de l’immigration, en particulier l’asile.

Nous exigeons l’abandon des accusations contre Bastien, Eleonora et Théo. Nous réclamons des politiques d’accueil dignes et le respect des droits élémentaires des personnes en situation d’exil.