En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé (Danemark)

Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé (Danemark)

3,806 personnes ont signé. Allons jusqu'à   500,000
3,806 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Son E. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Son E.
a lancé une pétition à destination de
Sea Shepherd

Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé (Danemark) Si le massacre d'animaux marins est souvent l'apanage des pays asiatiques (chasse à la baleine, massacre de dauphins au Japon, Corée du Sud, etc.), ces pratiques existent également plus près de chez nous. En Europe, outre la chasse à la baleine en Islande, un pays s'adonne chaque année à une pratique sanguinaire : le Grindadrap, soit le rabattage et le massacre de familles entières de dauphins-pilotes (ou globicéphales, ou encore baleines-pilotes) aux îles Féroé (Danemark) On peut affirmer avec certitude que le Grindadrap existe depuis le XVIe siècle, même s'il date probablement du IXe siècle. Cette chasse est également l'occasion, pour les jeunes pêcheurs qui s'y initient de soit-disant prouver leur virilité. De 1709 à aujourd'hui, les prises ont toutes été consignées dans un registre et tout cétacé attrapé y figure : chaque année, entre plusieurs centaines à plus d'un millier de baleines et dauphins sont capturés et tués. C'est aujourd'hui le Musée d'Histoire Naturelle des îles Féroé, à Tórshavn, qui détient ce fameux registre. Les Féringiens sont le dernier peuple du Nord à s'adonner à ce type de pêche à la baleine, alors que cette pratique était autrefois extrêmement répandue en Atlantique-Nord et même au-delà. A l'origine, le grindadrap demandait une grande coordination des pêcheurs embarqués sur des bateaux, qui devaient encercler un groupe de baleines ou de dauphins et les emmener dans une baie, où les cétacés étaient bloqués dans les eaux peu profondes. Les pêcheurs restés sur le rivage s'avancaient dans l'eau et traînaient les baleines jusqu'au bord avec des cordes et des crochets, puis les poignardaient et les égorgaient avec de grands couteaux (des grinds) tout en leur brisant la colonne vertébrale.