En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Les citoyens, les institutions et le gouvernement du Maroc: Ni notre silence, ni notre complicité…la barbarie est en nos murs.

Les citoyens, les institutions et le gouvernement du Maroc: Ni notre silence, ni notre complicité…la barbarie est en nos murs.

551 personnes ont signé. Allons jusqu'à   750
551 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Narjis S. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Narjis S.
a lancé une pétition à destination de
Les citoyens, les institutions et le gouvernement du Maroc
Ni notre silence, ni notre complicité…la barbarie est en nos murs.

Latefa une jeune fille – de celles que l’on dénomme « petites bonnes » - originaire de Zagora et ‘’employée’’ par un couple à Casablanca a subi l’horreur.
Torturée par ses employeurs : ils avaient, entre autres, l’habitude de la brûler avec des fourchettes rougies sur le feu, elle a été transportée hier dans une clinique casablancaise où ses bourreaux l’ont abandonnée après avoir déposé un chèque.
Alertée par la clinique la police a déclenché une enquête et grâce à l’association INSAF qui a réussi à établir un lien de confiance avec Latefa, celle-ci a pu parler et décrire son calvaire.
2M consacre un reportage à cette affaire, il est impossible que les choses s’arrêtent là ! À nous tous Marocain(e)s de nous mobiliser pour que ces actes de barbarie soient punis à la hauteur de leur inhumanité, de leur horreur.
Notre silence ferait de nous des complices, les ‘’sans-voix’’ doivent pouvoir compter sur notre indignation, notre solidarité, notre mobilisation à nous qui avons ce ‘’pouvoir’’ de nous exprimer.
Les générations actuelles et futures ne comprendraient pas notre inertie et elles auraient raison, nos consciences non plus ne nous pardonneraient pas notre indifférence, qu’attendons nous ?
Nous sommes en droit, nous avons le devoir d’exiger un procès exemplaire et une condamnation qui rende justice à cette jeune fille, qui doit devenir notre cause commune !