En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Lutter contre le harcèlement et la complicité du système policio-judicaire et politiciens. Et protéger les victimes.

Vous devez confirmer votre compte avant de publier cette pétition. Pour confirmer, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous vous avons envoyé. [Renvoyer l'e-mail de confirmation]

19 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100
19 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par darmon et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
darmon
a lancé une pétition à destination de
Les responsables politiques " élus " et le système judiciaire
Chaque année des milliers de victimes d' harcèlement se suicident ou finissent en longues maladies de par le harcèlement qu’elles ont subi. Le système judiciaire n'intervient pas et laissent leurs prédateurs pendant des années continuer leurs violences et exactions criminels prémédités.
La justice dissimule volontairement le nombre de plaintes d’ harcèlement et le nombre réel de suicides y découlant. Les « enquêtes » à minima sont réalisées bien souvent par la cellule obscure ou maçonnique « BRDP » qui tirent des conclusions limitatives alors que ces policiers n’ont même pas reçu de formation pour qualifier les faits d’ harcèlement. Les victimes se retrouvent alors confrontées à abandonner la reconnaissance de leurs préjudices faute de pouvoir payer des centaines d’heures de procédures et avocats. Alors que celles-ci ne devraient avoir à débourser le moindre centime.
La justice classe volontairement plus de 90% des plaintes « sans suite » . Et lorsqu' elle condamne un prédateur. Elle lui infligent une peine de prison avec sursis et celui-ci peut alors rester tranquillement dans l'entreprise. La victime touche une indemnité dérisoire, alors que sa carrière et sa vie familiale a été entièrement détruite, bien souvent.