En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

C'est une urgence:
Rejoignez les grèves mondiales pour le climat Vendredi 20 septembre

RELAXE POUR ERIC CHAPEL

RELAXE POUR ERIC CHAPEL

1,036 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,036 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Bruno R. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Bruno R.
a lancé une pétition à destination de
Madame ou Monsieur le Président de la cour d'appel d'Angers
La victime…
Éric Chapel est un « historique » du cannactivisme. Gérant du premier growshop français, Chanvre & Cie à Montreuil, il fut aussi l’initiateur des divers salon du chanvre qui se tinrent dans les années 90.
Installé dans le Maine-et-Loire depuis quelques années, il tente aujourd’hui de soigner une pénible addiction à l’alcool par un usage thérapeutique du cannabis. Pour cela il produit sa propre herbe, comme de plus en plus de cannabinophiles et de patients.

Les faits…
Il y a 7 mois, Éric est cambriolé. 600 gr de fleurs lui ont été dérobé. Il décide en toute logique de porter plainte auprès de la gendarmerie. S’ensuit une garde-à-vue, une perquisition, et la saisie de matériel et de graines.
Convoqué le 10 novembre au TGI d’Angers, Éric plaide pour sa désintoxication de l’alcool. La Procureure de la République, sensible à l’argument, demande pour l’exemple une peine de 100 jours amende* à 5 €/jour.
C’est à 3 mois de prison fermes que le tribunal a condamné Éric, un jugement dépourvue de toute compassion et humanité.
* le/la condamné(e) doit alors s’acquitter quotidiennement de la somme en question sans quoi chaque jour non payé équivaut à un jour de prison.
Ce que nous pouvons faire…
On sait par expérience combien les pétitions peuvent être vaines car le plus souvent méprisées par leurs destinataires. Il s’agit cependant d’un moyen simple et parfois efficace pour mobiliser un grand nombre de personnes, pour sensibiliser une opinion publique mal informée et montrer apporter un autre son de cloche que celui du discours dominant.
En attendant qu’Éric fasse appel, nous, citoyen(ne)s, cannabinophiles récréatifs ou thérapeutiques, cannabiculteurs ou profanes, mais sensibles au respect des libertés individuelles, à celle de disposer de notre corps et de notre conscience à des fins hédonistes ou thérapeutiques, nous demandons la relaxe pure et simple de notre camarade. Nous appelons également la Cour d’Appel à se déclarer incompétente en demandant qu’un débat soit ouvert au sujet de la régulation du chanvre récréatif et médical.
Pour que cesse l’hypocrisie, signez, faites tourner !
Merci