En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire: 22 millions à l'eau : Laisse Béton !

Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire: 22 millions à l'eau : Laisse Béton !

819 personnes ont signé. Allons jusqu'à   1,000
819 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Lo Parvi A. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Lo Parvi A.
a lancé une pétition à destination de
Nicolas Hulot; ministre de la transition écologique et solidaire.
Comme le prévoit le cahier des charges de sa concession avec l’État, La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) programme la mise en chantier en 2018, d’une écluse pour franchir le barrage hydroélectrique de Brégnier‐Cordon. Le montant des travaux est estimé à 22 millions d’Euros.
Un projet qui ne mène nulle part !
L’inutilité de ces travauxdevrait pourtant sauter aux yeux ! Il s’agit de faciliter la seule navigation de plaisance sur 33 kilomètres supplémentaires, sur le Rhône (dont 25 dans la réserve naturelle du Haut Rhône français). Une écluse, pour que quelques bateaux à moteur fassent des ronds dans l’eau !
Un projet destructeur ! Son potentiel de nuisances est tout aussi frappant ! Alors que la Réserve Naturelle Nationale du Haut‐Rhône français vient d’être installée sur un site remarquable ; on s’accroche à une idée rétrograde dont la réalisation entraînerait : dérangement des espèces, érosion des rives, pollutions de l’eau et de l’air ; tout en conduisant nécessairement à la destruction de plusieurs espèces protégées qui vivent à l’emplacement actuel du projet d’écluse. Préserver ou détruire, il faut choisir !

Des millions jetés à l'eau, ça suffit !
 Il y a pourtant mieux à faire avec cet argent, pour valoriser le Haut‐Rhône.
Sur le plan touristique, le succès de la voie verte ViaRhôna pourrait encourager à améliorer et compléter les déplacements doux, qui bénéficient à tous. Le coût serait bien moindre, le bénéfice plus grand, la cohérence avec la protection du site, évidente.
Sur la plan environnemental, les collectivités locales, faute de moyens financiers, peinent à mettre aux normes les rejets de leurs eaux usées qui finissent dans le fleuve et le polluent. Les millions économisés sur le coût de cette écluse seraient bien plus utiles pour moderniser les stations d'épuration et préserver la qualité de l'eau du Rhône.

Avant qu'il ne soit trop tard, demandons à l'Etat de modifier son cahier des charges afin d'utiliser plus intelligemment la "rente hydroélectrique du Rhône".

Signons la pétition pour l'abandon du projet !