En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Arrêt des poursuites judiciaires contre le blogueur Ridha Belkacemi !

Arrêt des poursuites judiciaires contre le blogueur Ridha Belkacemi !

142 personnes ont signé. Allons jusqu'à   200
142 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par comité s. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
comité s.
a lancé une pétition à destination de
Organisations des droits humains
Liberté d’expression en Algérie : NON aux poursuites judiciaires contre Ridha Belkacemi !

Un jeune blogueur Amazigh (Berbère), président de l’association culturelle « Tamazgha-Aurès», comparaitra le 20 mars 2017 devant le tribunal de Sériana (Batna) pour « outrage au président de la république » et « atteinte à corps constitué ». Pour avoir dénoncé la politique de marginalisation de l’Etat algérien envers les Aurès, Ridha Belkacemi risque un an de prison ferme et 500 000 DA d’amende.
En Algérie, les atteintes aux libertés individuelles et collectives ne cessent de s’aggraver : journalistes, romanciers, blogueurs, intellectuels et militants, tous pacifistes, sont injustement interpellés, harcelés, emprisonnés.
Nous citoyennes et citoyens des Aurès appelons les organisations des droits humains et tout citoyen défenseur de la liberté et de la justice à soutenir ce jeune Aurésien face au despotisme et au terrorisme institutionnel de l’Etat algérien qui entend étouffer toute voix discordante.
 "Si la liberté d’expression nous est enlevée alors, muets et silencieux, nous pourrons être conduits à l’abattoir comme des brebis." Georges Washington