En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

C'est une urgence:
Rejoignez les grèves mondiales pour le climat Vendredi 20 septembre

Appel aux citoyens  Algériens dans le monde

Appel aux citoyens  Algériens dans le monde

2,095 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100,000
2,095 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Algerien Du m. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Algerien Du m.
a lancé une pétition à destination de
Présidence de la République Algérienne
La constitution d’un pays est censée être une feuille de route aux institutions de la république. Elle doit être élaborée de manière droite, juste et incontestable. L’exhaustivité dans sa rédaction doit être proscrite.
Or, le projet publié cette semaine par le gouvernement, supposé apporter une grande transparence dans une noble finalité démocratique, fait par cette exhaustivité entrevoir certaines positions contestables.
En effet, la volonté d’une exclusion intellectuelle et identitaire émerge de certains articles de manière ostentatoire. De ce fait, ce projet de constitution engendre une rupture du concept d’égalité entre citoyens algériens, principe hérité des valeurs du 1er novembre et du congrès de la Soummam.

D’autre part, les dispositions de l’article 51 seraient lourdes de conséquence pour les enfants d’Algérie binationaux. Les hautes fonctions publiques et politiques de l’Etat seraient désormais réservées aux seuls détenteurs de la nationalité Algérienne EXCLUSIVE ! Par conséquent:

1-Plus de 6 millions d’Algériens seraient privés de pouvoir participer au développement de leur pays.
2-L’Algérie se voit donc amputée d’une grande partie de ses enfants à contre courant de ce qui se passe dans d’autres
pays, notamment face aux défis auxquels notre patrie est confrontée.
3-Outre la perte en potentiel, cet article viole le principe constitutionnel de la non discrimination énoncé à l’article 29.

Nous rappelons que la diaspora Algérienne a toujours contribué à l’effervescence politique du pays, notamment lors de la révolution nationale. Aujourd'hui encore, les ressortissants algériens sont des acteurs incontournables de la vie politique et économie du pays, et constituent
une source de richesse matérielle et intellectuelle dont l'Algérie ne peut se passer.
Par ces regrettables décisions, les autorités algériennes œuvrent ainsi pour la division de l’Algérie en créant une
catégorie de sous-citoyens, et en reniant une partie de ses enfants.
Le principe du diviser pour mieux régner est ici flagrant.
L’association Algériens des deux rives et leurs Amis, ADRA, condamne et rejette vigoureusement ces articles discriminatoires, qui créent des clivages et une hiérarchisation de la population Algérienne, portant violemment atteinte à la cohésion nationale.
Nous association ADRA, appelons tous les citoyens Algériens, en Algérie, en France et dans le monde à se mobiliser pour
faire abroger ces articles inégaux, méprisants et anticonstitutionnels.

www.association-adra.com
Tel : 06.34.58.49.20