En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Libérez Sébastien Dano Djédjé, Justin Koua et Hubert Oulaye

Libérez Sébastien Dano Djédjé, Justin Koua et Hubert Oulaye
  
  

 


Pourquoi c'est important

Mise à jour 26/12/2015 : Sébastien Dano Djédjé ainsi que 49 autres détenus politiques ont été libérés entre le 24 et 26 décembre 2015.
Il reste encore de nombreux prisonniers politiques dans les prisons ivoiriennes. LE COMBAT CONTINUE !

--
Alors qu’il déclarait à son accession au pouvoir en 2011 qu’il y aurait en Côte d’Ivoire : démocratie, justice équitable et réconciliation entre les filles et fils du pays; monsieur Alassane Dramane Ouattara renoue avec la répression de l’opposition à travers la multiplication des arrestations arbitraires et des emprisonnements politiques.

Le 30 avril 2015 les membres du Front Populaire Ivoirien (FPI), principal parti d’opposition, organisent le congrès de leur parti à Mama, village du président LAURENT GBAGBO.
Dans un pays où la démocratie n’existe plus que de nom, le 4 mai 2015, trois membres du FPI ayant organisé ce congrès sont arrêtés :
  • Sébastien Dano Djédjé : accusé de troubles à l'ordre public et défiance à l'autorité de l'Etat
  • Justin Koua : accusé de troubles à l'ordre public et défiance à l'autorité de l'Etat
  • Hubert Oulaye : accusé de complicité dans l'assassinat de soldats de l'ONU lors des attaques de 2012 à l'ouest de la Côte d'Ivoire, accusation totalement farfelue puisqu'il était en exil au Ghana au moment des faits
Ils sont presqu’immédiatement déportés dans différentes prisons à l'intérieur du pays afin de les isoler de leurs familles et de leurs proches.

Ces arrestations s’ajoutent à celles de 394 autres personnes dont :
  • Assoa ADOU membre du FPI arrêté le arrêté le 7 janvier 2015 et en attente d'un procès.
  • Moïse LIDA KOUASSI membre du FPI, arrêté le 27 octobre 2014 en attente d'un procès

Ce sont des arrestations de trop !

Nous réclamons leur libération ainsi que la libération de TOUS les opposants politiques qui croupissent dans les prisons ivoiriennes parfois depuis plus de 4 ans sans aucun procès.


Nous réclamons le retour de la démocratie, le respect de la liberté d’opinion, d’expression et d'association, le respect de la Constitution ivoirienne !

Soutenez cette pétition afin de dire NON à la dérive dictatoriale du régime Ouattara !



Publiée Mai 17, 2015
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: