Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Libérez Mr. Mohamed Saleh Alhoumekani qui risque la mort s'il est extradé vers Djibouti

Libérez Mr. Mohamed Saleh Alhoumekani qui risque la mort s'il est extradé vers Djibouti
  
  

 


Pourquoi c'est important

Cette pétition est importante parce que le compatriote Mohamed Saleh Alhoumekani, citoyen belge d’origine djiboutienne, risque la mort s’il est rapatrié vers DJIBOUTI. Le Yémen, d’où il a été arrêté arbitrairement, n’est pas un pays démocratique et où tout peut se monnayer. Une délégation n de Djibouti est arrivée dimanche à Sanaa pour prendre en charge M. Alhoumekani et le ramener à Djibouti où il est sous le coup d’une condamnation à la prison échu depuis plus de 10 ans

La demande de Djibouti est fondée sur un jugement illégal, puisque en matière internationale de diffamation, la prescription est de trois mois et le délai avait été largement dépassée, quand ils ont jugé Alhoumekani, oubliant (deuxième cause de nullité) de le faire convoquer par les services diplomatiques.

Le nom de Mohamed Alhoumekani, ami et collaborateur de longue date de l’ESISC, est connu du grand public. Sa droiture l’avait conduit à dénoncer un crime d’Etat.

Le 19 octobre 1995, le corps de Bernard Borrel, magistrat français détaché à Djibouti était retrouvé au pied d’une falaise, carbonisé. Les autorités locales avaient immédiatement conclu au suicide.

Le témoignage de Mohamed Alhoumekani, la détermination d’un nouveau juge d’instruction et l’engagement personnel du nouveau président de la République allaient tout changer.
--------------------------------------------
This petition is important because compatriot Mohamed Saleh Alhoumekani, Belgian citizen Djiboutian origin, risk death if repatriated to DJIBOUTI. Yemen, where he was arbitrarily arrested, is not a democratic country where anything can monetize. One delegation of Djibouti arrived Sunday in Sana'a to support Mr. Alhoumekani and back to Djibouti, where he is under sentence in prison due for more than 10 years

Demand for Djibouti is based on an illegal trial because in international defamation, prescription is three months and the deadline had been greatly exceeded, when they tried Alhoumekani, forgetting (second cause of nullity) to do so by calling diplomatic services.

The name of Mohamed Alhoumekani friend and longtime collaborator of ESISC is known to the general public. His righteousness led him to denounce a state crime.

On 19 October 1995, the body of Bernard Borrel, a French judge seconded to Djibouti was found at the foot of a cliff, charred. Local authorities had immediately concluded suicide.

The testimony of Mohamed Alhoumekani, the determination of a new judge and the personal commitment of the new president would change everything.

Publiée Août 29, 2013
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: