En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Le Burkina Faso n’est pas un pays de COBAYES : NON aux Moustiques Génétiquement Modifiés

Le Burkina Faso n’est pas un pays de COBAYES : NON aux Moustiques Génétiquement Modifiés
  
  

 


Pourquoi c'est important

Des œufs de moustiques génétiquement modifiés ont été importés avec l'accord de l'Agence Nationale de Biosécurité au Burkina Faso dans le cadre du projet Target Malaria. Ces œufs sont confinés au laboratoire de l'Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) à Bobo Dioulasso. L'élevage est en cours pour atteindre 10.000 moustiques mâles stériles génétiquement modifiés. Un premier lâcher dans la nature est prévu dans les mois à venir.
Mais, de nombreuses questions restent sans réponse quant aux risques potentiels sur la santé humaine et animale ainsi que sur l'environnement :
  • Risque de diffusion de 50 femelles qui pourraient piquer une personne infestée par la malaria et pourraient s’accoupler avec des mâles locaux ;
  • Risque de modifier les populations de moustiques et permettre à d’autres espèces de se multiplier et de devenir plus virulente pour le paludisme et d’autres maladies;
  • Les moustiques génétiquement modifiés sont une solution technique et ne remplacera jamais une bonne politique de santé publique;
  • A travers le monde, des expériences de diffusion de moustiques génétiquement modifiées ont donnés peu de résultats probants. Pire, cette technologie nécessite de procéder de façon régulière et quasi-continue à des lâchers impliquant d'énormes coûts.
  • D’un point de vue éthique : Le coût onéreux de ce projet (37 milliards de F CFA pour le Burkina, Mali et Ouganda) aux résultats des plus incertains avec des risques et incertitudes majeurs pourrait être employé plus utilement à assainir son environnement pour réduire la population des moustiques;
  • Une recherche sur le vaccin contre le paludisme était en bonne voie au Burkina Faso : où en sommes-nous ?
  • Est-ce que les populations sont bien informées des enjeux et risques liés à ce prochain lâcher ? etc.
Au vue de toutes ces interrogations, nous demandons à l'Agence Nationale de Biosécurité (ANB) de ne pas autoriser ce lâcher de moustiques mâles stériles à l'IRSS. Les résultats de cette pétition seront communiqués et transmis à l’ANB après la marche contre les OGM et les Moustiques Génétiquement Modifiés le SAMEDI 2 JUIN 2018 organisée par le Collectif Citoyen pour l'Agroécologie (CCAE). Le texte de la pétition est annexé au mémorandum sur les OGM qui sera transmis au gouvernement burkinabè.
Le CCAE : [email protected]
Facebook: https://www.facebook.com/Collective-Citizens-for-Lagro-CAE-CAE-165229477495055/
Pour en savoir plus sur le sujet :
  • Rapport de GeneWatch : "les moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso". http://www.genewatch.org/uploads/f03c6d66a9b354535738483c1c3d49e4/Moustiques_g_n_tiquement_modifi_s_au_Burkina_Faso_final_FR.pdf

Publiée Avril 14, 2018
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: