Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

M. Le Foll, ministre de l'Agriculture, légalisez le travail des pédicures-podologues équins

M. Le Foll, ministre de l'Agriculture, légalisez le travail des pédicures-podologues équins
  
  

 


Pourquoi c'est important

Explication en français :

Cette pétition est destinée à Mr Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, ainsi qu'aux Directeurs des Directions Régionales de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) et aux Recteurs de l'Enseignement agricole publique Français. Elle vise à faire reconnaître en France les professions de pédicure équin et bovin, par l'instauration de formations et diplômes spécifiques.

La Podologie animale (ROME A1502) décrit les opérations techniques (soin, parage, ferrage) nécessaires à l'entretien des pieds des ongulés (équidés, bovins). Celles-ci permettant de préserver l'intégrité structurelle des pieds (aplombs) garantissant une bonne santé, tout en répondant aux exigences de travail ou de production imposées aux dits animaux.

En France, le Parage n'est actuellement pratiqué que par trois catégories de professionnels :

- les maréchaux-ferrants diplômés du CAPA Maréchalerie.
- les pédicures bovins (ou pareurs d'onglons) autorisés à exercer par une Attestation de formation fournie par le dispositif FCIL.
- les pédicures équins (ou pareurs) installés en profession libérale non réglementée.

Or, cette activité n'est théoriquement accessible qu'aux détenteurs d'un BEPA/CAPA ou BTM Maréchalerie. C'est l'arrêté du 16 juillet 1998 ((JO du 23 juillet 1998) qui homologua ce métier en fixant les diplômes et les conditions d'expérience requis par l'article du Code Rural et de la Pêche maritime L243-2.

Par ailleurs, les articles L-243-1 et L-243-3 précisent que, par exemption, la profession de maréchal-ferrant peut accomplir des actes de médecine vétérinaire.

Toutefois, cette régularisation se fit en omettant les deux autres métiers concernés par la Podologie animale :

- les pédicures bovins (ou pareurs d'onglons) qui sont amenés tous les jours à parer et à soigner des pathologies des pieds des bovins.
- les pédicures équins (ou pareurs) s'occupant du parage des équidés vivant pieds-nus et n'ayant donc pas besoin d'un ferrage.

Face au constat de cet oubli (pourtant capital pour les exploitants agricoles), une formation de Pédicure bovin fut inscrite au répertoire des FCIL permettant à ceux-ci d'être formés et de travailler légalement sous le couvert d'une Attestation de formation.

Depuis lors, les Pédicures bovins se battent pour la reconnaissance de leur métier par le biais d'une formation diplômante. Et c'est dans cette démarche d'homologation des métiers de pédicuries bovine et équine, que nous propriétaires d'équidés les accompagnons par la présente pétition.

L'ordonnance n° 2011-78 du 20 janvier 2011 modifia l'article R. L243-3 en y ajoutant la mention « et les pareurs bovins dans le cadre des opérations habituelles de parage du pied ». Ce fut une nouvelle fois en omettant un métier : les pédicures équins (ou pareurs).

L'Union des Maréchaux de France (UFM) se bat depuis de nombreuses années pour la disparition de cette appellation de Pédicure équin. Elle souhaite tout simplement interdire l'ensemble de cette profession historique (plus de 50 ans) en prétextant que la Parage est uniquement du ressort de la Maréchalerie.

Face à ces incohérences législatives, nous demandons une complète réforme du CAPA Maréchalerie sous la forme d'un CAPA Podologie animale avec un tronc commun général (Modules communs d'enseignement général - MC) et des Modules professionnels (MP) directement liés à la composante du métier souhaité. C'est à dire :

- Maréchalerie : pour les activités préalables et préposant à la pose d'orthèses (métalliques, composites ou plastiques), qu'elles soient brochées ou collées, sur les pieds des équidés.
- Pédicurie bovine : pour le parage et la pose de talonnettes (brochées ou collées) sur les bovidés en production.
- Pédicurie équine : pour le parage et l'équipement d'orthèses protectrices non-brochées sur les équidés pieds-nus.

L'UFM (association comptant 80 membres sur les 1830 maréchaux français) souhaite rendre la France complètement imperméable aux avancées vétérinaires et techniques concernant le fonctionnement du pied des équidés et son parage. C'est vision rétrograde est absurde et inadmissible sachant que ces innovations ne proviennent pas de la Maréchalerie qui s'est désintéressée il y a bien longtemps de ces questions pour ne se consacrer qu'aux techniques de Ferrage.

Ainsi c'est le vétérinaire Hollandais Egbert Toussaint-Raven qui mit au point les techniques d'obtention d'un parage fonctionnel pour les bovins, aujourd'hui appris dans tous les FCIL de France.

Et ce sont des Universitaires et Vétérinaires équins (DVM Debra Taylor, DVM Tomas Teskey, Prof. Bowker, Prof. Brian Hampson) ainsi que des Maréchaux-Ferrants américains (Jaime Jackson, Pete Ramey et KC LaPierre) qui ont su moderniser les techniques du parage équin pour répondre aux évolutions des usages du Cheval moderne.

Suivant cette logique de l'apport de connaissances par les recherches scientifiques et techniques étrangères, nous souhaitons que les professionnels du secteur (Maréchaux-ferrants pratiquant la pédicurie équine, Pédicures équins, Vétérinaires équins) soient à l'origine du Référentiel Professionnel, du Référentiel de Formation, du Référentiel d'Examen ainsi que du Code de Déontologie.

Une démarche parallèle doit être accomplie pour la spécialisation Pédicure bovin.

De plus, nous suggérons donc dans un but d'uniformisation de faire ajouter à l'article R. L243-2 "et les pédicures équins" à la suite des mots "les maréchaux-ferrants".

Et comme ce fut le cas jadis, il semblerait normal que tous les professionnels en exercice puissent valider leurs compétences par un dispositif de type VAE (Validation des Acquis par l'Expérience). Sur la base du Décret n° 2003-1160 du 4 décembre 2003 modifiant la partie réglementaire du livre VIII du code rural et relatif aux diplômes technologiques et professionnels délivrés par le ministère chargé de l'agriculture (JO du 6 décembre 2003).

Vous l'aurez compris désormais, cette pétition n'a pour unique but que de faire prendre conscience aux instances politiques de l'ampleur du problème actuel. Elle souhaite la reconnaissance de ces métiers qui disposent depuis toujours d'une clientèle active et souvent différente de celle des Maréchaux-ferrants traditionnels.

Nous, propriétaires, qui avons choisi une autre approche sommes
dans notre droit de choisir le professionnel qui s'occupera du parage de nos équidés et de la qualité des soins apportés. Le développement de cette profession nouvelle doit amener un encadrement afin d'assurer les conditions de protection des consommateurs que nous sommes et le bien-être animal.

Explanation in English :

This petition is directed at the Minister of Agriculture, Agrifood and Forests, Stephen La Foll, the regional directors of Agrifood and Forests and the directors of public education in France. The purpose of this petition is to recognize in France Equine and Bovine Hoof specialists by creating and recognizing explicit training courses and diplomas.

Animal Podiatry code (ROME A1502) states that Podiatry acts such as trimming, shoeing and general care are necessary to maintain the feet of ungulates (cattle and horses). These acts maintain the structural integrity of the feet which in turn guarantees good health. Good health is need to able to perform the work asked of them.

In France, Podiatry is practiced by 3 professional categories:

Farriers with a CAPA (Certificate of Aptitude – Agriculture) Ferrier’s diploma

Cattle Pedicurists with an authorization to practice provided by the FCIL program (Local Initiative Complementary Training).

Trimmers or Equine Pedicurists who setup as unregulated liberal professionals

Currently however, these acts should only be practiced by those who have a CAPA/BEPA (certificate of professional agricultural studies) or BTM (Technical certificate) in Farriery. According to the decree of July 16th 1998, this trade is officially recognized by established the training and experience necessary according to the article L243-2 of the Rural and Martime Fishing Code. There are also articles L243-1 and L243-3 which provide and exemption allowing Farriers to perform acts of veterinary medicine.

Unfortunately, the 2 professional categories not included in Animal Podiatry are:

Cattle trimmers or Pedicurists who trim and care for cow’s feet

Equine Trimmers or Pedicurists who care for unshod horses

As a result of this omission, which was very significant for farmers, a training course was setup in the FCIL catalogue to allow Cattle trimmers to receive officially recognized training to work legally once they received their certificate.

The Cattle Pedicurists continue to fight to have their training recognized by the Government bodies responsible. As a horse owner, you can support this fight to help Cattle and Equine trimmers or Pedicurists to have their trades and training officially recognized by signing this petition.

The 20th of January 2011 the ordinance n° 2011-78 modified the article Rural L243-3 by adding Cattle trimmers or Pedicurists for regular maintenance and trimming of Bovine feet. Once again the Equine trimmer or Pedicurists were left out.

In an effort to make these professions uniform, we want to see le article R. L243-2 amended to add ‘Equine Pedicurists’ after’ Farriers’.

The French Farrier’s Union (UMF) has been battling for several years to eliminate the job title ‘Equine Pedicurists (Pedicure Equin). They’d like to see this profession, which has been around for 50 years, banned so that this work can only be done by Farriers.

To deal with the unfairness of the legislation around Trimmers or Equine Pedicurists, we are asking for a complete reform of the Farrier CAPA in the form of an Animal Podiatry CAPA with a part in common base (common general modules and common professional modules) directly related to the desired diploma for the desired profession. There would be 3 possible diplomas:

Farrier – including orthopedic shoes in metal, plastic or composite materials, nailed or glued on.

Bovine Pedicure – including trimming and applying heels or wedges, nailed or glued on to cattle

Equine Pedicure – including trimming and orthopedics not attached with nails to unshod horses.

The UFM, which has only 80 members of the 1830 certified Farriers in France, wants to block any advances in veterinary knowledge and technics regarding equine foot functions and innovations in trimming methods. This very backwards approach is as a result of the fact that Farriers stopped being interested in this part of the profession a long time ago, preferring instead to focus on advances in shoes and shoeing.

The veterinary Hollandais Egbert Toussaint-Raven developed the technics for a trim that respects correct foot function of Bovine feet. Fortunately, because of the urgent need for this service amongst cattle farmers, this is the method that is now available to learn in France through the FCILs.

As far as Equine Podiatry goes, several veterinaries and researchers in other parts of the world: DVM Debra Taylor, DVM Tomas Teskey, Prof. Bowker, Prof. Brian Hampson, as well as several Farriers in the United States: Jaime Jackson, Pete Ramey and KC LaPierre, have developed methods of trimming and significant advancements in knowledge that are adapted to today’s uses et changes in the equine foot. These advances and technics are not officially recognized in France.

We’d like to have a referential system of Education, Examinations and code of conduct that would be driven by these professions: Barefoot Farriers, Equine Pedicurists, and Equine Veterinaries to take advantage and incorporate the advances happening in other parts of the world. A similar system would be put in place for Bovine Pedicurists as well.

For those Equine Pedicurists already established, there should be a way for their skills to be validated by a VAE or Validation of Skills and Knowledge. This requires a modification of the regulations of Book VIII of the Rural Code, Decree n° 2003-1160 from 4 December 2003 which deals with technical and professional diplomas delivered by the Minister of Agriculture (JO of December 6, 2003).

Hopefully, you now understand that this petition is meant to raise the awareness of politicians about the importance of this problem. This petition is meant to gain recognition for specific professions who have always had a different client base than those of traditional Farriers.

Horse owners, who have chosen a different road, should have the right to choose the professional they want to care for and trim their horses. However, not until this new profession is recognized and regulated, will it be possible to assure a minimum of protection for horse owners and for the well-being of horses.


Publiée Juin 20, 2014
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: