Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Ministre de la Santé, Ministre du Travail, Ministre de la Justice: Nous vous demandons d'agir pour que cesse le scandale

Ministre de la Santé, Ministre du Travail, Ministre de la Justice: Nous vous demandons d'agir pour que cesse le scandale
  
  

 


Pourquoi c'est important

La photo, vous choque ? Cet homme a subi une violence inouïe, il n'a pas trouvé d'autre issue... Certains, ailleurs, au travail, subissent aussi une violence, inadmissible, qui les contraint parfois à une semblable extrémité pour en sortir...
Il est temps de le proclamer haut et fort, n'ayons plus peur, ne nous taisons plus !

LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL, CA SUFFIT !
SALARIES, PROFESSIONNELS DU SOIN ET DU DROIT, ENSEMBLE RESISTONS !

La maltraitance managériale dans les organisations professionnelles privées comme publiques fait des ravages, humainement et économiquement. Le déni social, politique, du Conseil de l'Ordre des Médecins comme de l'Assurance Maladie elle-même redouble cette violence.

Le récent suicide du
Pr Jean-Louis Megnien
cardiologue de l’Hôpital européen Georges-Pompidou met une fois de plus en exergue la violence institutionnelle d’organisations du travail privées comme publiques ultra gestionnaires à visée de rentabilité de compétitivité et de profit à moindre coût, grâce au bras armé d'une idéologie managériale déshumanisée et déshumanisante sévissant jusque dans les établissements où la relation est au premier plan : santé, recherche, enseignement ! Et ne parle-t-on pas, dans les administrations, de "dématérialisation" ?

Il existe dans notre pays un déni massif et criminel
des alertes et des témoignages recueillis par milliers dans les consultations souffrance et travail de la bouche de salariés décrédibilisés qui subissent, dans le silence d’une omerta généralisée, intimidations et injustices, pratiques discriminatoires et conduites indignes, harcèlements ouverts ou plus sournois. Il s’agit de véritables stratégies de destruction, pensées et construites, dans des "écoles", quand le souci de tout employeur, de tout manager, de tout responsable des « ressources humaines », devrait être de veiller à leur santé physique, et psychique...

Ce sont des salariés épuisés qui, du haut en bas de l’échelle hiérarchique, sans égard pour leur âge leur expérience ou les services rendus, peuvent se trouver précarisés et en danger au point de ne plus savoir comment « s’en sortir », au point d’en arriver, comme le Pr Megnien et tant d’autres dans les Ministères, banques, compagnies d’assurance, SSII, établissements de soin ou d’éducation… à mettre fin à leurs jours !

Et ce sont ces mêmes salariés que leurs hiérarchies et les services des « ressources humaines » assassinent une seconde fois quand sont invoquées cyniquement, hypocritement, des « causes personnelles » à ces drames. Quand tout désigne, comme source du malheur, des maltraitances répétées, parfois pendant des années, sur les lieux professionnels.

Cette situation est révoltante et scandaleuse, elle doit cesser ! Il existe des responsabilités et des responsables ! Derrière les organisations professionnelles, ces entités abstraites dont les directions se trouvent parfois loin, à l’étranger, il y a des hommes et des femmes qui conçoivent et d’autres qui appliquent des stratégies délétères. Une perversité sociale a gagné et gangrène notre société toute entière au prétexte d’une « guerre économique » et d’un « prix à payer » ! Une forme nouvelle de totalitarisme nous guette !

Jusqu’à quand qui que ce soit s’autorisant d’un pouvoir dont il a été investi pourra t-il juger et sanctionner arbitrairement autrui à coups de pseudo « évaluations » véritables armes de maltraitance massive, d’objectifs inatteignables, de fiches de postes délirantes, pour impunément martyriser ses semblables ?

C’est dans ce contexte d’une dégradation croissante des organisations et des relations de travail que peuvent se comprendre, et avec quelle dimension symbolique, les attaques qui se multiplient contre des médecins du travail, des généralistes, des psychiatres.

Deux cents d’entre eux sont chaque année mis en cause auprès du Conseil National de l’Ordre des médecins (CONM) par des entreprises, via leurs avocats, pour avoir établi ou évoqué une relation entre des décompensations physiques ou psychologiques chez leurs patients et une violence professionnelle !

Cet Ordre et l’Assurance maladie elle-même participent à l’omerta par leur non prise en considération de pratiques « professionnelles » toxiques et par leur refus de soutenir les médecins qui sont attaqués par des entreprises via leurs avocats. Avec une première conséquence, celle d’entretenir des pathologies que tout praticien, fort de son expertise, est capable d’associer à une cause quelle qu’elle soit. Et comme seconde conséquence une explosion des prescriptions d’antidépresseurs et d’anxiolytiques comme seule réponse possible, désormais, à la maltraitance !

Tout médecin est aujourd’hui au risque, si ces attaques devaient perdurer, de se voir privé de sa capacité d’interpréter le symptôme, de ne plus pouvoir agir sur sa cause pour soigner, aider et soulager ses patients.

Les conséquences sont graves pour les médecins comme pour les patients tant le nombre de situations de stress post-traumatiques sur les lieux professionnels
flambe aujourd’hui !

Les conséquences de ces dysfonctionnements sont graves :
- car le traitement de tout stress post-traumatique ne peut être efficient que s’il y a compréhension du système-piège dans lequel s’est trouvé pris le patient pour en permettre une déconstruction et la reconstruction d’un système sain,
- car le déni social renvoie systématiquement la responsabilité de son malheur sur la victime elle-même qui aurait « un problème personnel ». Ultime perversion exonérant l’employeur de sa responsabilité. Ainsi du Dr Meignan qui aurait, comble du cynisme de sa hiérarchie, « chuté accidentellement » du 7ème étage !

Nous nous associons à la peine de la famille du Dr Meignen si durement et injustement touchée dans l’indifférence de sa hiérarchie,

Nous nous associons à la peine de toute famille endeuillée du fait d’un management, d’une hiérarchie, de toute organisation qui fait passer son profit avant la santé et la vie d’un être humain,

Nous invitons les salariés à se mobiliser et à rejoindre massivement « 23 Millions de Salariés », association créée par des salariés pour les salariés, pour se défendre et résister !

Nous réclamons, afin que soient reconnues et que cessent les pratiques managériales intolérables et criminelles, l’établissement des responsabilités par des enquêtes externes impartiales et faisant place aux témoignages des salariés dès lors qu’une alerte aura été lancée pour harcèlement, maltraitance managériale ou pour tout abus de pouvoir de direction, d’organisation ou de subordination.


Dr Marie-Hélène Braudo
Psychiatre, ancienne PH, consultation
hospitalière Souffrance et Travail

Philippe Chétrit
Co-fondateur de La Maison du Travail
Co-fondateur de 23 Millions de Salariés-Groupement d’Intérêt Humain pour la Santé au Travail

- Notre site : http://23millionsdesalaries.com/
- Page Facebook : https://www.facebook.com/23millionsdesalaries/
- Compte Twitter : https://twitter.com/@23millionsGIHST/





Publiée Janvier 1, 2016
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: