Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Monsieur Nicolas Hulot : interdisons les élevages à fourrure en France.

Monsieur Nicolas Hulot : interdisons les élevages à fourrure en France.
  
  

 


Pourquoi c'est important

Pour l’interdiction des élevages à fourrure en France.
En 2012, deux propositions de loi avaient été rédigées par des députés, sans effet.
Celles‐ci, cosignées par plusieurs parlementaires, avaient pour but de limiter le commerce de la fourrure et d'interdire les élevages d’animaux dits à fourrure en France, principalement les visons et les lapins.
Nous signalons le caractère polluant de l’industrie de la fourrure et le gaspillage en ressources naturelles que cela provoque et rappelons que cette matière est uniquement destinée à un effet de mode.
Cette année rejoignons les 8 pays ayant déjà interdit les élevages à fourrure dont la Hollande qui a décidé l’interdiction de l’élevage de visons dans le pays à partir de 2024.
Ce n'est pas pour rien que l’élevage d’animaux dits à fourrure n’est plus toléré en Autriche, au Royaume Uni et en Croatie.
Le débat autour de ces élevages est récurrent depuis longtemps car de nombreux citoyens s’indignent des conditions d’élevage des animaux en contradiction totale avec leurs besoins physiologiques fondamentaux.
Des besoins qu’aucune réglementation ne pourra jamais assurer.
Monsieur Nicolas Hulot, de nouvelles propositions seront déposées. Elles doivent être enfin débattues à l'Assemblée Nationale par la commission concernée dans le cadre d’un débat parlementaire dans le but de légiférer pour l'interdiction des élevages à fourrure en France.
Chaque année des millions d'animaux sont élevés puis tués pour un simple effet de style, alors qu'il est possible de se passer de fourrure.
Notons que l'industrie de la fourrure est quasiment inexistante en France. Elle ne représente presque pas d'emplois.
Légiférer en faveur de l'interdiction des élevages à fourrure en France, représenterait un progrès significatif en matière de respect animal ainsi qu'une opportunité concrète de réduire notre empreinte sur l'environnement. Cela honorerait notre pays et lui donnerait une position d'avant‐garde en matière de respect du vivant.

Publiée Janvier 2, 2014
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: