Mexique: halte aux attaques contre la liberté d'expression!

À l'attention de M. Rodolfo Ríos Garza, Procureur général de la ville de Mexico, M. Ricardo Nájera, Procureur spécial pour les crimes contre la liberté de la presse et M. Enrique Peña Nieto, Président des États-Unis du Mexique:

Nous exigeons une enquête complète et indépendante sur les meurtres du journaliste Rubén Espinosa, de la militante des droits de l'homme Nadia Vera et de trois autres femmes dans la ville de Mexico. L'enquête devrait s'attacher tout particulièrement à la personne de M. Javier Duarte, gouverneur de l'État de Veracruz. Nous appelons à un re-examen immédiat des procédures mises en place pour protéger l'intégrité physique des journalistes et demandons à ce que les autorités compétentes s'engagent sans délai à garantir la liberté d'expression au Mexique.
 
Déjà membre d’Avaaz?
Indiquez votre adresse e-mail et cliquez sur "Envoyer".
Première visite? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.
Avaaz protège vos informations personnelles et vous tiendra au courant de campagnes similaires.

On vient de retrouver le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa, torturé et assassiné aux côtés de la militante des droits de l'homme Nadia Vera et de trois autres femmes.

Au Mexique, l'une des plus anciennes démocraties d'Amérique latine, la liberté d'expression est en danger. Rubén est le 14ème journaliste assassiné dans l'État méridional de Veracruz, dont le gouverneur, Javier Duarte, est connu pour avoir proféré des menaces à peine voilées à l'encontre des journalistes. La quasi totalité de ces crimes reste encore à élucider.

Mais cette affaire a fait descendre dans les rues des milliers de personnes et a fait boule de neige dans les médias nationaux et internationaux. Noam Chomsky, Salman Rushdie, Christiane Amanpour et des centaines de journalistes, d'écrivains et d'artistes ont signé une lettre ouverte demandant justice pour les journalistes mexicains assassinés pour avoir fait leur travail.

Cette lettre provoque déjà des remous au sein du gouvernement, mais si nous y ajoutons un million de signatures et la publions en première page des principaux journaux mexicains, nous pouvons en amplifier le message et montrer que partout dans le monde, les citoyens soutiennent le combat pour la liberté d'expression au Mexique. Signez maintenant!

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: