En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Mme MACRON, Mme CLUZEL et M. TRAVERS: Sauvez notre ULIS et le lycée agricole de Moissac

Mme MACRON, Mme CLUZEL et M. TRAVERS: Sauvez notre ULIS et le lycée agricole de Moissac

9 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100
9 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Yves-Louis B. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Yves-Louis B.
a lancé une pétition à destination de
Mme Brigitte MACRON, Mme Sophie CLUZEL, M. Stéphane TRAVERS
Originaire de la région Île-de-France et maman d'un enfant en situation de handicap, j'ai choisi de m'installer dans le Tarn et Garonne en 2014 pour y développer mon projet agricole, en lien avec le Réseau Agence22 (accompagnement des familles avec des membres en situation de handicap) et la Ligue pour l'Agrobiodiversité (réintroduction en production locale des animaux et végétaux menacés de disparition dans la biodiversité cultivée) qui fait également parti du projet de vie de mon fils.

Mon fls est actuellement scolarisé en Première année de CAP au lycée agricole de MOISSAC (Tarn-et-Garonne - Occitanie) au sein du dispositif ULIS.

Il semblerait que ce lycée soit amené à fermer dans les années à venir, et par anticipation, le dispositif ULIS ne sera pas reconduit dès la prochaine rentrée non seulement pour d'éventuels nouveaux élèves mais également pour ceux déjà en cours de formation, dont mon fils.

Ce dispositif, à destination d'enfants en situation de handicap, a été mis en place en 2014 et les retours sont tous positifs. Hormis le CFAS, c'est la seule voie de formation dans le domaine agricole pour ces enfants dans le département.

Cette situation n'est pas acceptable, et va à l'encontre de l'engagement n°3 "Rattraper notre retard en matière de scolarisation" du troisième plan Autisme soutenu par le gouvernement et qui vise à augmenter -entre autre- le nombre de dispositifs ULIS avec une enveloppe dédiée de 103 millions d'euros !