En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Monsieur le Maire de Saint-Ouen: Un relogement immédiat pour les habitants du village d'insertion

Monsieur le Maire de Saint-Ouen: Un relogement immédiat pour les habitants du village d'insertion

545 personnes ont signé. Allons jusqu'à   650
545 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par collectif de solidarite avec les roms de saint-ouen en d. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
collectif de solidarite avec les roms de saint-ouen en d.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur le Maire de Saint-Ouen,
Monsieur le Préfet
à William Delannoy, Maire de Saint-Ouen, 7, place de la République 93400 St-Ouen copie àPhilippe Galli, Préfet de Seine-Saint-Denis et Didier Leschi, Préfet Délégué pour l'Égalité des chances.

Nous, habitants de Saint-Ouen, parents d'élèves, enseignants, citoyens, demandons à Monsieur le Maire de Saint-Ouen de prendre d’urgence les mesures nécessaires pour que toutes les familles Rroms habitant le village d'insertion situé 41, rue de Clichy puissent continuer à vivre à Saint-Ouen dans des conditions dignes.

Ces familles habitent le village dit d’insertion depuis sa création en 2008 par la ville de Saint-Ouen, sous la gestion de l’AJL93, association missionnée par l’État. Fin 2012, suite à l’arrêt du projet et la vente du terrain à la Sequano, les familles ont été informées qu’elles devaient quitter les lieux.

L’association gestionnaire a relogé certaines familles, comme le prévoit la loi, mais pas d’autres, au prétexte non fondé qu’elles n’avaient pas rempli les critères d’insertion. Un arrête d’expulsion au 31 mars 2015 a été rendu. Les autorités préfectorales ont indiqué en avril que l’expulsion du village n’aurait pas lieu avant juillet afin que les enfants terminent l’année scolaire. L'expulsion a eu lieu vendredi 24 juillet. Depuis, les familles vivent place de la mairie de Saint-Ouen.

Je demande à Monsieur le Maire de Saint-Ouen d’organiser le relogement immédiat des familles Rroms du village d’insertion. En attendant le relogement, je demande à Monsieur le Préfet l'hébergement en urgence et à Saint-Ouen de toutes les familles jusqu’à ce qu’une solution d’habitat pérenne soit trouvée, en concertation avec les familles.
Je refuse que le village d’insertion devienne un village d’expulsion.