En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Monsieur le Président de la Polynésie Française : Nous voulons les mêmes droits pour les Archipels éloignés.

Monsieur le Président de la Polynésie Française : Nous voulons les mêmes droits pour les Archipels éloignés.

228 personnes ont signé. Allons jusqu'à   1,000
228 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Marie-Pierre L. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Marie-Pierre L.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur le Président de la Polynésie Française.
Nous demandons à ce que les habitants des Archipels éloignés de Polynésie Française, soient reconnus et traités de la même manière que les habitants des îles de l'Archipel de la Société.
Nous sommes depuis des années considérés comme des habitants de seconde zone, et nous n'avons pas les mêmes droits que le reste des îles polynésiennes en matière de santé, de sécurité en général, de sécurité routière, de communications, de technologie et de transports.
Et pourtant, nous payons les mêmes impôts que l'Archipel de la Société.
Nous ne sommes pas égalitaires en matière d'urgence médicale et nous n'avons donc pas les mêmes chances de survie que le reste de la Polynésie.
Nous avons les mêmes tarifs pour les transports, les communications, internet, mais pas du tout les mêmes services.Pour exemple, la qualité du service internet mobile de Tahiti (3G) est 10 fois supérieur à notre qualité d'internet par ADSL (quand nous sommes dans une île qui en dispose...).
Et le pire, notre non-égalité face aux urgences et à nos chances de survie. Encore récemment, une jeune femme des Marquises n'a pu être sauvée faute de moyens minimum pour être Evassanée d'urgence. Et ce n'est qu'une parmi trop de vies qui auraient pu être sauvées, si justement la vie des habitants des Archipels éloignés avait le même prix que celle des habitants de l'Archipel de la Société.