En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Monsieur le préfet et le sous-préfet, la DEAL, la DAAF, le maire de St-Paul: Fermeture définitive du restaurant Coco Beach suite à la saisie de 300 kg d

Monsieur le préfet et le sous-préfet, la DEAL, la DAAF, le maire de St-Paul: Fermeture définitive du restaurant Coco Beach suite à la saisie de 300 kg d

55 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100
55 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par kont akaparèr profitèr k. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
kont akaparèr profitèr k.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur le préfet et le sous-préfet, la DEAL, la DAAF, le maire de St-Paul
Considérant que le restaurant Coco Beach ne respecte pas la réglementation en matière du domaine public maritime,

Considérant que le contrôle du site des Florilèges en date du mardi 17 octobre 2017 a permis la fermeture administrative d'un des établissements suite à la saisie d'au moins 45 kg de viandes avariées,

Considérant que, qu'en application des codes de la consommation et du code rural de l'article L. 231‐1 et de l'article L.231‐2 stipulant qu'un établissement menaçant la santé publique peut être voué à la fermeture de l'établissement ou l'arrêt d'une ou de plusieurs de ses activités,

Considérant que, le responsable du restaurant Coco Beach peut encourir d'une peine de prison ainsi qu'une amende pouvant aller jusqu'à 36 500 €,

Considérant que, ce restaurant ne respect pas les normes de sécurités, d'hygiène, naturelle (patrimoine naturel du lagon et de la plage),

Considérant que ce restaurant ne respecte pas les normes d'urbanisme ainsi que les habitants natif de l'île en privatisant illégalement partiellement la plage de l'ermitage,

Considérant que la loi sur les AOT et la loi littorale ne sont pas respectées, et que la nuisance sonore est régulièrement constatée,

Considérant que, l'occupation illégale des paillotes sur les plages de Saint‐Gilles amène à une diminution de l'espace de la plage que les créoles natifs de la Réunion étaient habitués de fréquenter,

Considérant que, la loi littorale entrée en vigueur le 3 janvier 1986 interdit la construction maritime et l'installation de paillotes sur les plages,

Considérant qu'il font régulièrement de la nuisance sonore et perturbe ainsi la tranquilité du voisinage,

Considérant que, ce restaurant est en situation illégale sur le DPM et qu'il n'ont pas de permis de construire pour ce qui est édifié,

Considérant que, les AOT ne sont pas conformes et qu'il n'il y a pas d'autorisation pour faire de la restauration avec cuisine et assainissement,

Nous demandons immédiatement votre intervention pour la mise en place de sanctions.

Nous espérons la destruction imminente et définitive de ce restaurant ainsi que d'autres restaurants des plages de l'île de la Réunion ne respectant pas la population réunionnaise ainsi que la loi littorale et de plus, qui ne respect pas le code de consommation instituée par les plus hautes instances.

Nous attendons des suites pénales, administratives de cette affaire et espérons votre contribution exemplaire à faire respecter la loi.

Cordialement,
Angelo Etissuer Noterbel, auteur de la pétition et porte parole du kollectif kont akaparèr profitèr