En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Contre l'expulsion de Jilali Ennaji

Contre l'expulsion de Jilali Ennaji

1,274 personnes ont signé. Allons jusqu'à   1,500
1,274 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Collectif contre l'expulsion de Jilali E. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Collectif contre l'expulsion de Jilali E.
a lancé une pétition à destination de
Préfet de l'Hérault
Jilali Ennaji, 37 ans, est incarcéré au centre de rétention administrative de Sète depuis le 8 novembre dernier, il est sous le coup d'une expulsion imminente au Maroc.
Jilali est arrivé à Pézenas en 2008 pour aider son frère qui y vit depuis 20 ans. La femme de ce dernier, atteinte d'un cancer ne pouvant s'occuper de ses trois enfants, c'est Jilali qui a apporté son soutien à la famille, en gardant ses neveux pendant que son frère allait travailler. En 2009, il rencontre Karine, sa compagne avec qui il partage sa vie et qu'il doit épouser en mars 2014. Sa première demande de régularisation remonte à 2009, depuis ses trois demandes (2011, 2012 et 2013) ont été rejetées, avec obligation de quitter le territoire français. Pourtant Jilali réunit toutes les conditions pour obtenir son titre de séjour (attachement familial, possède un domicile fixe, promesse d'embauche...). De plus, Jilali est bien intégré dans la vie locale, il est connu depuis quelques années déjà sur la ville comme un grand athlète qui cumule les podiums et les titres dans la discipline de la course à pied. Passionné par l’athlétisme, il donne aussi de son temps bénévolement, en entraînant deux fois par semaine, les moins de 12 ans et les moins de 16 ans, au sein du CAP athlétisme, dont il est licencié. Il a aussi commencé une formation pour obtenir son diplôme d’entraîneur professionnel.
Après 5 ans de vie et d'implication à Pézenas, il est profondément illogique et inhumain d'expulser Jilali Ennaji. Nous demandons sa libération immédiate et sa régularisation afin que celui-ci puisse rester aux côtés de sa famille.