Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Des droits pour les stagiaires et les jeunes travailleurs de Bruxelles!/Rights for Brussels' Interns!

Des droits pour les stagiaires et les jeunes travailleurs de Bruxelles!/Rights for Brussels' Interns!

917 personnes ont signé. Allons jusqu'à 2,000
917 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par Jonathan T. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Jonathan T.
a lancé une pétition à destination de
Aux Responsables Politiques Belges du Fédéral et des Régions!

[English below]

*****

« Tout travail mérite salaire » : c'est au nom de cette expression populaire que nous vous appelons à signer cette pétition!

Nous demandons aux responsables politiques Belges du Fédéral Emploi et des Administrations régionales sur l'Enseignement de mettre en place un cadre législatif juste et protecteur. La crise touche de plein fouet ce public fragile qui est pourtant l'avenir de la Belgique. Les jeunes d'aujourd'hui sont des travailleurs sans droits ni revenus! Cela doit s'arrêter!

WE WANT RIGHTS FOR BRUSSELS' INTERN ! RIGHTS FOR YOUNG WORKERS!

Les stagiaires des ONG, du secteur non-marchand, des ASBL, des institutions internationales, ainsi que les jeunes de l'audiovisuel, de la communication, de l'édition, etc. sont des travailleurs sans emploi ! Nous demandons aux autorités publiques d'encadrer les stages et le travail des jeunes.

L'exploitation des jeunes travailleurs est sans limite aujourd'hui à Bruxelles. Cette situation promet à la Belgique un avenir sombre : comment les travailleurs de demain peuvent-ils construire leur avenir sur cette précarité ? Ils ont les mains liées! Quel avenir attend ceux qui, à l'aube de leurs 30 ans, n'ont connu que l'exclusion et la patience ? Quel avenir attend ceux pour qui le travail est un privilège ? Il faut rendre espoir à la jeunesse!

Nous avons besoin des garanties suivantes :

- Un revenu supérieur au seuil de pauvreté (800 euros) pour des personnes travaillant souvent autant que les salariés des entreprises et organisations. Il est inadmissible que des travailleurs ne puissent pas satisfaire leurs besoins vitaux ! Les jeunes sont des travailleurs sans droits, qui ont doit à une vie digne!
- Les stagiaires ne sont pas des employés ! Il faut limiter la durée des stages. Un stage de 6 mois n'est pas une « découverte du monde du travail », mais un contrat précaire et indigne !
- Il faut garantir un encadrement adéquat pour les stagiaires. Certaines organisations comptent plus de stagiaires que d'employés permanents. Il faut stopper cette mascarade : pas plus d'un stagiaire par employé !
- Un employeur ne doit pas pouvoir exiger d'expérience des candidats : un stage est un temps d'apprentissage et de découverte. Il faut offrir des contrats de travail aux personnes qualifiées, ayant terminées leurs études, et interdire les embauches sous couvert de conventions de stage ou assimilées. Pour cela, il faut plus de contrôle des autorités, et offrir des voies de recours effectifs aux jeunes travailleurs !

Alors que Bruxelles propose du travail (activité productive effective) à des milliers de jeune, très peu d'entre eux ne disposent d'un emploi (contrat de travail comprenant droits et salaire). Pourquoi ?
Parce que les entreprises et organisations bénéficient égoïstement de trois éléments :
1) le chômage des jeunes est tel qu'ils doivent se livrer une concurrence effrénée sur le marché de l'emploi (30% pour les 18-25 ans d'après les chiffres officiels, qui ne prennent pas pourtant en compte les précaires en général) ;
2) les jeunes n'ont pas les moyens de résister aux pressions qui leur sont imposées: inexpérimentés, divisés, ils n'ont d'autres recours que d'accepter « la course à l'expérience » qui serait soi-disant la clé d'une embauche future. En vérité, les stagiaires se volent leur propre emploi mais n'ont pas d'autres choix que de faire semblant de croire à ces mensonges !
3) l'absence de règlements clairs et justes n'imposent aucune obligation pour les entreprises et les organisations, qui trouvent à leur disposition une main d’œuvre corvéable à merci. Il faut obliger les entreprises à garantir des droits aux jeunes travailleurs !

Nous appelons les responsables politiques Belges à garantir des droits aux jeunes travailleurs ! Ces droits permettrons : de lutter contre la crise économique en évitant qu'elle ne devienne une crise sociale ; d'éviter l'exclusion sociale qui est la conséquence directe de l'exploitation ; de relancer la consommation car ce sont des dizaines de millier de jeune qui, aujourd'hui, travaillent sans être payé à Bruxelles !
A la veille des élections de mai 2014, nous appelons les responsables politiques Belges à offrir un avenir à la jeunesse de Belgique. Aidez-nous, aidez-vous : signez !


********* English *********

WE WANT RIGHTS FOR YOUNG WORKERS! RIGHTS FOR BRUSSELS' INTERNS!

Unemployment is very high in Brussels- more than 30% of young citizens are unemployed! However, a very large number of them, looking for the “first experience” or the “good internship”. End up working without being employed! They work, but still without rights!

Internships must not be a way for employers to get free workers. Too often, internships are replacing proper contracts and given the employment situation, young workers are not able to refuse the opportunities. This situation applies to NGOs, as well as to international institutions (even the UN doesn't pay his interns!), and other sectors such as journalism, audiovisual, translation,etc.

Young workers are all running after time and money. They know that when they accept an internship, they steal their own job, but they don't have any other choice! More, many young people that would like to have an internship to have new experience cannot afford to work for free.

In light of the coming elections, we demand a good and fair legislative framework to the political responsibles in Belgium in order to insure that an internship is a time for learning and discovering, not for working while still staying unemployed:

- Any intern must be paid for the job that he does, at the minimum rate of the poverty line (around 800 euros for a full time internship).

- Internships must not last longer than 6 months. 3 months should be the norm.

- One intern = one permanent employee maximum. Stop the offices full of interns!

- Interns must have clear rights, and effective ways for claiming them on a tribunal.

How can Belgium ensure its future by excluding young citizens from stability and prosperity? The youth are the roots of tomorrow! Give them working rights! Help them, now: Sign and share!

Publiée (Mis à jour )