Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
LGV : Non au désert ferroviaire entre Paris et Bordeaux

LGV : Non au désert ferroviaire entre Paris et Bordeaux

5,241 personnes ont signé. Allons jusqu'à   7,500
5,241 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par GrandAngouleme G. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
GrandAngouleme G.
a lancé une pétition à destination de
Guillaume Pepy, Président de la SNCF
LGV : Non au désert ferroviaire entre Paris et Bordeaux
Non au sacrifice de 700 000 habitants autour de la gare d’Angoulême

La France ne peut pas se résumer dans la relation de Paris aux grandes métropoles. La LGV est un outil d’égalité des territoires, de service public et de transports.
Le contribuable local a payé 45 M€, nous avons subi 3 ans de travaux, nous avons enduré la défiguration de nos communes parce qu’on nous promettait le TGV pour nous rapprocher de Paris et de Bordeaux.

Aujourd’hui, on nous traite avec mépris, on ignore nos objectifs de développement économique, on ne tient pas compte de la vie de nos habitants en réduisant le nombre de trains d’un tiers. En réalité seuls les profits de la SNCF et de Vinci prévalent. Aujourd’hui la gare d’Angoulême représente 700 000 oubliés de la LGV.

L’accès au service public, la préoccupation de développement durable, l’aménagement du territoire doivent conduire aux respect des engagements et de la parole de l’Etat. Les trains prévus, dans la convention de 2011 signée avec l’Etat, doivent s’arrêter à Angoulême pour desservir la Charente, la Dordogne, la Charente Maritime et la Haute Vienne.

Pour un service public du train qui traite à égalité nos territoires, signez cette pétition.

Communauté d’agglomération du GrandAngoulême
05 45 38 60 60

Publié le 3 Février 2015 (Mis à jour: 14 Avril 2015)