Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
NON aux euthanasies de convenance en France !

NON aux euthanasies de convenance en France !

1,859 personnes ont signé. Allons jusqu'à 25,000
1,859 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par marit D. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
marit D.
a lancé une pétition à destination de
le gouvernement, les élus
«L'euthanasie ne peut intervenir que si l'animal est considéré par un vétérinaire comme non adoptable, dangereux ou trop malade.»

Les statistiques publiées par le ministère de l'Agriculture en 2015 en 2016 dans le cadre des inspections des fourrières et refuges (OPAV opération protection animale vacances) sont alarmantes. En 2015, plus de 45&percnt des chats ont été euthanasiés en fourrière et 17&percnt dans les refuges, et pour les chiens, le pourcentage était d'environ 6,5&percnt euthanasiés en fourrière et 11&percnt dans les refuges. Les chiffres pour les îles françaises était encore pire&colon 87,5&percnt des chats ont été euthanasiés dans les fourrières et 84&percnt dans les refuges, 76,5&percnt des chiens ont été euthanasiés en fourrières et 74&percnt dans les refuges. L'an dernier (2016) le ministère a de nouveau inclus les statistiques de l’euthanasie de chiens et de chats dans les rapports d'inspection. Les chiffres paraissent moins alarmants. Nous soupçonnons que d'autres fourrières et refuges ont été étudiés. Mais ces chiffres sont encore trop élevés. En France métropolitaine, 36&percnt des chats ont été tués dans les fourrières, et 11&percnt dans les refuges, 7,3&percnt des chiens ont été tués en fourrière et 6&percnt dans les refuges. Sur les îles, près de 91&percnt des chats ont été tués en fourrière, et 16&percnt dans les refuges. Plus de 66&percnt des chiens ont été tués dans les fourrières et 10&percnt dans les refuges.

La décision de vie ou de mort ne doit pas être prise à la légère&excl

Aujourd’hui, les coûts des fourrières privées, qui n’assurent pas la mission de mise à l’adoption des animaux trouvés, captent quasiment la totalité des fonds publics, de telle sorte que le nombre d’associations capables de mettre à l’adoption des animaux diminue dangereusement.

Les signataires de cette pétition ne veulent plus que leurs impôts servent à payer les factures de sociétés de fourrière où les animaux sont négligés et euthanasiés.







Publiée (Mis à jour )