Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Mme Christiane Barret, préfète de la Vienne: Nous exigeons la régularisation de Kamel!

Mme Christiane Barret, préfète de la Vienne: Nous exigeons la régularisation de Kamel!

204 personnes ont signé. Allons jusqu'à 300
204 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par manon A. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
manon A.
a lancé une pétition à destination de
Mme Christiane Barret, préfète de la Vienne
La Préfecture de la Vienne s'acharne contre Kamel, mineur camerounais et lycéen poitevin, libéré après 29 jours de rétention, et toujours menacé d'expulsion !

Né en 1997, Kamel est pris en charge par l’Aide Sociale à l'Enfance (protection due aux mineurs) depuis 2 ans et scolarisé régulièrement au lycée Auguste Perret.
Il est aujourd’hui accusé d’avoir fraudé. Son acte de naissance est mis en cause par la préfecture :le quartier nord de la ville de Douala où il est né est inconnu de l’administration française, mais connu de l'ambassade du Cameroun qui lui a délivré cette année passeport et carte d'identité !! La préfecture en conclut que ces documents ont été délivré sur la base d'un faux. Elle appuie sa contestation sur... une lettre anonyme !

Kamel a été soumis à des tests osseux, qui, comme c’est le cas pour la quasi-totalité de ces mineurs étrangers, l’ont déclaré majeur.
Kamel, convoqué au commissariat de Poitiers le 9 octobre, est arrêté et transféré à Bordeaux, enfermé au Centre de rétention.

Libéré vendredi 7 novembre, au bout de 29 jours, il reste menacé d'expulsion.
Nous demandons l'annulation de l'Obligation à Quitter le Territoire Français (OQTF) qui frappe Kamel pour une poursuite sereine de sa scolarité.

Le collectif D'ailleurs Nous Sommes d'Ici, les lycéens, et membres du corps enseignant d'Auguste Perret mobilisés

Publiée (Mis à jour )