Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Victoire
Cette pétition est close
Mobilisez vous pour la filière automobile

Mobilisez vous pour la filière automobile

Victoire
Cette pétition est close
2,707 personnes ont signé. Allons jusqu'à   10,000
2,707 soutiens

Philippe B.
a lancé une pétition à destination de
Francois Hollande, president de la Republique
Automobile

La France a toujours su faire de son industrie le vecteur d’avancées technologiques majeures. L’industrie automobile en est le meilleur exemple. Il n'est pas envisageable d'y renoncer.

Une réalité industrielle alarmante

En juillet dernier, le groupe PSA annonçait un vaste plan social partout en France: fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois et notamment la suppression de 1.400 emplois sur le site de la Janais à Chartres de Bretagne, près de Rennes.
A terme, ce nouveau plan de restructuration condamne toute la filière automobile d’Ille-et-Vilaine et, à travers elle, des pans entiers de l’économie locale bretonne qui plonge salariés et sous-traitants dans l’incertitude et le désespoir (Bretagne Ateliers, Cooper Standard, Faurecia, Delphi Automotive Systeme, Lear… ainsi que tous les prestataires de service...)

Faut-il rappeler qu’aujourd’hui de nombreux établissements ne perdurent qu’au moyen d’apports de fonds publics qui viennent soit directement de l’Etat et des collectivités territoriales, soit de l’assurance-chômage ? En ce qui concerne l’usine de la Janais, ce sont 1,7 million d’euros que l’Etat verse chaque mois, soit près de 10 millions d’euros par semestre, pour garantir la rémunération des salariés contraints à rester chez eux, faute de marché et par conséquent de fabrication pour les modèles 508 et C5…

Appel à un soutien au plus haut niveau
En ces heures des plus critiques pour l’économie, les constructeurs doivent considérer les collectivités et l’Etat comme des partenaires qui soutiennent activement la pérennité de la filière. Nous ne pouvons plus nous contenter de déclarations du Groupe PSA qui malheureusement ne lèvent d’aucune façon les incertitudes, en particulier concernant l’avenir du site de Chartres-de-Bretagne. Concrètement, l’Etat doit jouer son rôle de «stratège» en vue de peser de tout son poids sur les orientations des projets de construction automobile française. C’est un enjeu de survie pour tous les établissements concernés par cette industrie qui emploie des centaines de milliers de salariés en France.


Mobilisons-nous pour le maintien de notre industrie

La politique de filière que nous préconisons doit s’inscrire dans un « Plan automobile d’avenir », doté de véritables moyens d’actions à terme. L’enjeu, c’est de répondre à la demande de mobilité dont l’automobile « repensée » restera encore pour longtemps le pivot incontournable.

Elus, salariés, sous-traitants et toute la population appelle l’Etat à agir très vite pour une véritable politique de redressement productif !
Nous demandons au Président de recevoir en urgence une délégation composée d’élus et de représentants des salariés de toute la filière pour engager enfin cette politique dédiée à l’avenir de nos territoires.

Publié le 14 Juin 2013 (Mis à jour: 14 Avril 2015)