Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Passons à une Economie Plurielle

Passons à une Economie Plurielle

37 personnes ont signé. Allons jusqu'à 100
37 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par Jean-Michel M. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Jean-Michel M.
a lancé une pétition à destination de
M.Le Ministre de l'Economie Sociale et Solidaire
La situation économique se dégrade dans de nombreuses contrées. Les dettes financières et les dettes environnementales s'accumulent. Le système économique ultra-libéral ne fait qu'aggraver perpétuellement la situation et les remèdes proposés sont précisément ce que recherche cette mécanique infernale: la fin de plusieurs siècles de lentes conquêtes sociales pour accroïtre les solidarités.Les relances éventuelles accroissent les dégâts environnementaux.
Quelles sont les alternatives?
Le bien commun ne devrait-il pas relever de la propriété collective. Il convient de renforcer cette propriété collective au lieu de privatiser massivement. Que mettre dans les "Commons" modernes? L'eau, l'air, le sous-sol, certains services publics ? Le bien commun, géré démocratiquement, peut relever selon les cas de structures municipales, régionales, nationales ou suprarnationales, comme les eaux internationales, la lutte contre les changements climatiques anthropiques.
Le développement d'un vaste secteur coopératif pourrait renforcer l'ESS. Plus de coopération, moins de concurrence, plus de démocratie grâce au principe un être humain/ une voix.La gestion coopérative locale d'énergies renouvelables, le maraîchage périurbain pourraient être des moteurs de lancement. L'esprit des Amap pourraient servir de base partielle à cette évolution. Le but n'est plus de rémunérer un capital volatil, mais de vivre ensemble.Il est aussi de favoriser la relocalisation de tout ce qui peut être produit localement.
Un secteur "libéral" qui favorise l'émulation chez ceux qui ont l'esprit d'entreprise.Il s'agit d'une liberté dévoyée par l'ultra-libéralisme. Les lois anti-monopoles veilleront à limiter considérablement l'emprise des multinationales.
Pour chaque secteur, un cahier des charges sociales et environnementales sera créé pour faire cesser le dumping social et environnemental.
L'idéal serait de tendre vers un Triptyque Economique (http://jmmasson.wordpress.com) équilibré et de voir ensuite comment le faire évoluer.
Le programme du Conseil National de la Résistance comportait le voeu de mettre en place un tel système. Faute de limites, comme l'idée des trois tiers, le secteur libéral hypertrophié ressemble, dans certaines contrées, à une tyrannie économique.
Publiée (Mis à jour )