Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Sauvons l'enseignement du français et de l'allemand en Turquie !

Sauvons l'enseignement du français et de l'allemand en Turquie !

640 personnes ont signé. Allons jusqu'à 2,000
640 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par Maskeli H. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Maskeli H.
a lancé une pétition à destination de
Ömer Dinçer, Ministre de l'Education Nationale, Turquie
Le nombre insignifiant de postes alloués aux deux grandes langues européennes et le nombre de nouveaux postes alloués à l’enseignement de l’arabe et de la religion, ne traduit pas simplement un désintéressement du gouvernement turc pour l’Union Européenne. Il ne s’agit pas non plus de dire que l’arabe n’est pas une langue riche et importante. Mais le nombre de postes alloués à son enseignement se couple non avec l’enseignement de sa riche culture mais des cours de religion. Ainsi, nous pouvons dire que le gouvernement se désintéresse totalement de l’enseignement d’une 3ème langue. Aujourd’hui, en Turquie, cet enseignement est délaissé au profit du secteur privé. C'est-à-dire que, hormis la perte de liens culturels auxquels nous sommes très attachés, seuls les enfants issus de milieux sociaux favorisés pourront apprendre ces deux langues, par ailleurs majoritaires dans les relations économiques entre la Turquie et l’Union Européenne. Un véritable coup de boutoir à l’enseignement d’une troisième langue qui est parallèlement une atteinte à la laïcité de notre pays, puisqu’allant directement au profit de l’établissement d’un état de plus en plus religieux.
Publiée (Mis à jour )