Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Pour la fin du chantier de la maxi-prison de Haren et la sortie du système carcéral.

Pour la fin du chantier de la maxi-prison de Haren et la sortie du système carcéral.

234 personnes ont signé. Allons jusqu'à 300
234 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par Stop M. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Stop M.
a lancé une pétition à destination de
SPF Justice, Koen Geens (Ministre fédérale de la Justice), La Régie des bâtiments,
La fin du chantier de la maxi-prison de Haren et la sortie du
système carcéral.


 



Depuis 2010, de
nombreuses personnes et associations sont en lutte contre le projet de la
maxi-prison de Haren. Pourtant, l’Etat belge et les entreprises chargées du
chantier (consortium Cafasso), s’entêtent dans le maintien de ce projet.



Dernièrement, après
que Céline Frémault ministre bruxelloise de l’environnement ait réattribué en
2016 et 2017 les permis d’urbanisme et d’environnement nécessaires au début du
chantier, l’auditrice du Conseil d’Etat a émis un avis contraire à cette
décision en janvier 2019, concluant en faveur de l’annulation des permis. Le
Conseil d’Etat devrait donner son verdict final en mars-avril, sachant que
l’avis de l’auditrice est indicatif mais que le verdict final contraignant s’y
aligne dans la majorité des cas.



En réaction à cet
avis important, craignant le résultat final de ce recours en annulation
introduit par les opposants au projet, Cafasso a avancé ses travaux dans
l’espoir de rendre la décision finale caduque. En effet, les travaux initiaux
étaient prévus pour début avril et, suite au recours introduit, ces derniers
ont été avancés de deux mois. Début printemps, la dalle de béton censée
supporter la prison serait coulée par Cafasso, mettant ainsi le Conseil d’Etat
devant le fait accompli ; rendant alors l’annulation impossible. Ce
passage en force n’est pas le premier manquement à la démocratie. En effet,
tout au long du projet, la transparence n’a pas été respectée, il n’y a eu aucune
considération ni de l’enquête publique ni des requêtes des habitants de Haren
et des associations.



Concrètement,
pourquoi sommes-nous contre ce projet ?



Un PPP
(partenariat-public-privé) qui pose problème : le projet est porté par le
consortium Cafasso, composé d’entreprises multinationales scandaleuses (citons
comme exemple, Macquarie Corporate Holdings PTY Limited, reconnue responsable
d’évasion fiscale). Ce PPP coûtera en milliards d’euros à l’Etat belge alors
que les subsides octroyés à la justice et au social sont en baisse.



La politique
carcérale est clairement obsolète ; la surpopulation est un état de fait
en ce qui concerne les prisons belges actuelles et la construction d’une maxi-prison
de 1190 places n’est pas une solution. Il est prouvé qu’en augmentant le nombre
de place en prison celles-ci se remplissent aussi vite*. Désengorger les prisons
ne passe donc pas par une capacité carcérale plus grande mais bien par une
gestion et une justice différente (diminuer les incarcérations préventives, réformer
le code pénal, mise en place d’alternatives humaines, …). On constate également
un taux de 57% de récidive* suite à l’incarcération, ce qui montre que le
système carcéral ne remplit pas les objectifs qu’on lui attribue, comme la
protection de la société. Nous considérons également qu’une peine d’enfermement
en tant que mesure d’exclusion est un échec autant pour la personne concernée
que pour la collectivité.


Ce chantier prend
place sur un terrain de 19 hectares de terres arables ainsi que d’une source.
Sans compter toute la biodiversité sacrifiée par le bétonnage alors que de
nombreuses voix s’élèvent pour la justice climatique.



De ces constats,
nous demandons l’arrêt immédiat et définitif du chantier de la méga-prison de
Haren.

 



*Friday
Group, Paul Dermine, Thomas Dermine, Laurent Hanseeuw, Johan Heymans, Sam
Proesmans, Audrey Hanard https://www.v-g-v.be/assets/uploads/2018/11/groupeduvendredi__nos-prisons_rapport_FR.pdf
Publiée (Mis à jour )