Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Victoire
Cette pétition est close
on avance

on avance

Victoire
Cette pétition est close
1,218 soutiens

Laetitia P.
a lancé une pétition à destination de
conseil départemental de la Charente
nous ne déménagerons pas avant que le nouveau batiment soit construit et le conseil départemental s'engage à ne pas verser de subvention publique à UWC

  Non à la vente d’une École Normale à un lycée privé hors contrat  

L’ancienne École Normale d’Angoulême, actuel site de l’Inspe de l’Université de Poitiers, forme les enseignantes et les enseignants du département de la Charente depuis 1884. Elle est en passe d’être vendue à un groupement privé (UWC, United World Colleges) originaire du Royaume-Uni, proposant un enseignement correspondant aux classes de Première et de Terminale en vue de la préparation d’un baccalauréat international. Cette vente est problématique pour plusieurs raisons ·      
  • La marchandisation de l’enseignement
Les objectifs louables de cette école privée hors contrat : « faire de l’éducation une force afin d’unir les peuples, les nations et les cultures pour construire un monde en paix et un avenir durable »[1] ne peuvent masquer son élitisme : frais d’inscriptions « entre 33 000 € et plus de 70 000 € selon les collèges »[2], sélection à Paris, bourses partielles dont on peut interroger la dimension d’affichage. ·      
  •   Les conséquences pour les usagers actuels de l’École Normale
Un nouveau bâtiment Inspé est prévu, pour un coût de 3,6 millions d’euros, mais pas encore construit. Tous les personnels et les étudiants de l’université seront partiellement relogés dans des préfabriqués, sur un petit campus excentré, mal desservi par les transports en commun. L’incertitude est grande quant aux tâches proposées aux agents qui assuraient la maintenance du site actuel, le tout sur fond de troisième réforme de la formation des maitres en 10 ans. ·       
  •   Une mauvaise circulation de l’information  
Alors que la décision a été prise par l’université en 2010, que le calendrier est en place au département depuis 2014, les personnels n’ont obtenu des informations qu’en janvier 2016, puis ensuite en 2018, à la suite de courriers adressés aux instances de l’Université. Aucune réunion n’a eu lieu avec les personnels du département.  

Nous réclamons donc que ce bâtiment historique, lieu emblématique de la Troisième République et de l’idéal d’une école laïque et gratuite, demeure un bien public. S’il doit être reconverti, qu’il le soit par exemple au bénéfice des étudiantes et des étudiants, en y installant une maison des étudiants et des logements dont le département manque cruellement, à l’heure où la précarité étudiante est au cœur de l’actualité.   

[1] Extrait de la page d’accueil du site UWC https://www.fr.uwc.org/page/?title=What%20is%20UWC?&pid=1293
[2] Extrait du site UWC, onglet « Combien ça coûte ? » https://www.fr.uwc.org/page/?title=Les+crit%C3%A8res+et+le+processus+de+s%C3%A9lection&pid=1316
Publiée (Mis à jour )