Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Pour un bac cyclistes et piétons sur la Loire entre St-Nazaire et St-Brévin

Pour un bac cyclistes et piétons sur la Loire entre St-Nazaire et St-Brévin

2,558 personnes ont signé. Allons jusqu'à 3,000
2,558 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par FX L. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
FX L.
a lancé une pétition à destination de
Conseil Régional des Pays de la Loire Conseil Départemental de Loire-Atlantique
Madame, Monsieur.

Vos administrations respectives ont déjà eu l’occasion de se pencher sur cette proposition, il y a quelques dix ans (2011).
À l’époque n’était évoquée que la dimension touristique du projet, et vous y aviez opposé une fin de non-recevoir, pour des motifs financiers.
Le Conseil Départemental a toutefois apporté un début de réponse, en mettant en place un service de navette, gratuit, pour la saison touristique. Ce service (véhicule + remorque) permet effectivement la traversée de l’Estuaire, par la route à environ 6 cyclistes par demi-heure. Sont toutefois exclus de ce dispositif les tricycles, vélo-cargos, tandems et carrioles pour les enfants.

Depuis 2011, pas mal d’eau est passée sous le pont de Saint-Nazaire !
Il y a eu notamment la signature des Accords de Paris, la COP 21, et la prise de conscience généralisée de la prédominance des émissions de gaz à effet de serre comme cause du dérèglement climatique.
Tous les scientifiques s’accordent à dire que le transport dans sa dimension consommatrice d’énergies fossiles occupe une place prépondérante dans ces émissions mortifères.

Le Département tout comme la Région sont d’ores et déjà des acteurs pertinents et efficaces dans l’importance qu’ils accordent aux mobilités alternatives, non polluantes, notamment par la création d’itinéraires cyclables, la mise en œuvre de services de locations de vélos …

À une échelle plus importante encore, et en collaboration avec les régions concernées, l’État, l’Europe se montrent eux aussi acteurs de cette diversification des modes de transport. Pour ce qui concerne l’objet de cette lettre, je citerai l’itinéraire Vélodyssée qui entraine les cyclistes depuis la Norvège (Trondheim) jusqu’à Hendaye (avant de poursuivre vers la péninsule Ibérique) et le parcours Vélocéan , de Roscoff à Biarritz.
Ces deux itinéraires subissent de fait la rupture que constitue le franchissement de la Loire.

Notre proposition est donc celle-ci :

LA CRÉATION D’UNE LIGNE RÉGULIÈRE DE FRANCHISSEMENT DE LA LOIRE,
ENTRE SAINT-NAZAIRE ET SAINT-BRÉVIN,
PAR UN BAC FLUVIAL DÉDIÉ AUX CYCLISTES ET AUX PIÉTONS.

Il est important de ne pas considérer cette création comme étant une seule offre touristique mais bien plutôt que les mobilités douces doivent être encouragées dans leur dimension quotidienne, y compris donc pour les trajets domicile-travail. Le choix du vélo, vélo à assistance électrique, vélo-cargo, triporteur constitue une véritable alternative, et correspond à un choix de déplacement qu’il convient d’encourager.
Pour illustrer ce dernier point, je prendrai en exemple Saint-Nazaire, qui est déjà une ville cycliste, à preuve les quelques 2000 VAE mis à disposition par la Carène. Si on y ajoute les vélos personnels, il n’est pas particulièrement exagéré de penser que quelques 6000 nazairiens se déplacent à vélo. Sur environ 50000 foyers, c’est tout sauf négligeable. En revanche, malgré sa topographie qui devrait la favoriser, c’est une ville encore bien peu cyclable. Même si de récents aménagements améliorent grandement l’offre, par exemple le Boulevard de l’Atlantique, une vraie réussite, les Boulevards de la Légion d’Honneur et Paul Leferme, il reste beaucoup à faire.
Toutes les études faites à ce propos tirent les mêmes conclusions : si l’on veut que les gens se mettent à la pratique du vélo , (impacts bénéfiques en terme de Santé Publique, en terme d’amélioration de la qualité de l’air, en terme de réduction des émissions de gaz à effets de serre etc), il est nécessaire que les équipements précèdent la pratique.
Savoir que la circulation est facilitée par les équipements ad hoc aide au changement de comportement.

Merci Madame la Présidente, Monsieur le Président pour votre attention.
Publiée (Mis à jour )