Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Pour des sanctions contre NTV+ et Trikolor, censeurs russes de l'information pluraliste

Pour des sanctions contre NTV+ et Trikolor, censeurs russes de l'information pluraliste

1 personnes ont signé. Allons jusqu'à
50 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à unsubscribe@avaaz.org, ou utilisez le lien disponible dans chaque e-mail. Avaaz protégera vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.
Cette pétition a été lancée par André L. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
André L.
a lancé une pétition à destination de
L'Union européenne et EUTELSAT IGO
PETITION   L’Union européenne doit mettre fin à la transmission sur les satellites européens Eutelsat des bouquets de télévision à péage des opérateurs russes NTV+ et Trikolor.    

A l'attention de 

Monsieur Emmanuel Macron, Président du Conseil de l’Union européenne
Monsieur Charles Michel, Président du Conseil européen
Madame Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne
Madame Roberta Metsola, Présidente du Parlement européen
Madame Marija Pejčinović Burić, Secrétaire générale du Conseil de l’Europe
Monsieur Piotr Dmochowski-Lipski Secrétaire exécutif d’EUTELSAT IGO
MonsieurDominique d'Hinnin, Président du Conseil des directeurs, Eutelsat SA.

  • Depuis début mars, 8 chaînes d'information occidentales ont été exclues de la transmission via les satellites Eutelsat 36E par les deux principaux fournisseurs russes de télévision à péage, NTV Plus et Trikolor. Ces deux fournisseurs sont la principale source d'information pour 25 à 30 % de la population russe.

• L'Union européenne et l’organisation intergouvernementale Eutelsat IGO devraient prendre des sanctions contre ces deux fournisseurs, qui prétendent que ce sont les diffuseurs occidentaux qui auraient pris la décision de se retirer du marché.

• Cela libérerait des capacités pour permettre une offre de chaînes occidentales démocratiques, pluralistes et équitables et d'éventuelles chaînes russes d'opposition, en atteignant jusqu'à 40 % des foyers TV russes.

• Près de 40 services de télévision de divertissement appartenant à 12 groupes de médias internationaux octroient toujours des licences pour leurs chaînes à ces deux opérateurs russes. Ils devraient se retirer du marché par solidarité avec les chaînes d'information.  

Depuis le début du mois de mars, dans le contexte de la guerre en Ukraine et des nouvelles restrictions à la liberté d’expression imposées par le gouvernement russe, deux plates-formes russes, NTV Plus et Trikolor, ont exclu de leur service toutes les chaînes d’information étrangères qu’elles diffusaient encore au mois de février : BBC World, CNN, Deutsche Welle (DW), Euronews (en russe), France 24, NHK World, RAI News, TV5 Monde.

Ces deux plates-formes opèrent sur deux satellites européens en position 36°E, propriétés de la société de droit français Eutelsat S.A., agissant dans le cadre d’une Convention amendée de l’organisation intergouvernementale EUTELSAT IGO.

L'Union européenne doit prendre rapidement des sanctions contre les deux plates-formes russes NTV Plus et Trikolor qui ont exclu de leurs bouquets les chaînes d’information occidentales, transmises par les satellites européens opérés par la société de droit français Eutelsat S.A. (ISIN:FR0010221234; Ticker: ETL) en position 36° E.

Il est paradoxal et inadmissible que deux satellites européens soient utilisés pour la seule diffusion des chaînes russes, qui propagent uniquement la ligne officielle guerrière du Kremlin et que les chaînes d’information occidentales soient bannies d’une infrastructure gérée par une société de droit français dans le cadre d’une convention intergouvernementale européenne !

Ces mesures s’inscrivent dans un mouvement de restriction total de la liberté d’expression en Russie (loi du 4 mars 2022 organisant la répression de ceux qui publient des informations contraires à la version officielle, mise en examen de journalistes et de bloggeurs, arrestations massives de manifestants, restrictions de l’accès aux réseaux sociaux,…).

La Fédération de Russie ne respecte pas ses engagements internationaux en matière de respect de la liberté d’expression et de la libre circulation des informations.

Il est donc nécessaire de trouver des solutions qui permettent à la société civile russe de continuer à recevoir des information et la diversité des points de vue exprimés dans le reste du monde.

Des sanctions prises par l’Union européenne et Eutelsat IGO à l’encontre de NTV Plus et Trikolor permettraient à Eutelsat de récupérer les capacités satellitaires en position 36°E, dont on estime qu’elles permettent l’accès à environ 40 % des foyers TV en Russie, et de les mettre à disposition des chaînes d’information occidentale et des télévisions que créeraient des opposants russes en exil.

L’Union européenne, Eutelsat IGO et les autorités françaises devraient également vérifier que l'interdiction de la chaîne de propagande de guerre russe RT décidée le 2 mars est respectée par tous les opérateurs. Selon divers observateurs des lignes de services de satellites, RT News était toujours disponible sur Eutelsat 36 E un mois après la décision de l'UE.

L'Union européenne et le Conseil de l'Europe devraient mettre à la disposition des chaînes internationales d'information les moyens de fournir des versions russes doublées ou sous-titrées de leurs services et aider d'éventuels projets de télévision d'opposition. Eutelsat devrait alors autoriser la liaison montante de ces chaînes et leur diffusion sur 36°E, offrant ainsi aux Russes un meilleur accès aux médias autres que la propagande d'État. Alors que 8 chaînes internationales d'information ont été interdites du marché russe, au moins 39 chaînes thématiques détenues ou sous licence par un groupe de médias international sont toujours distribuées par NTV Plus. En continuant à pratiquer le « business as usual » avec la filiale de Gazprom :  AMC Networks (US), Comcast (US), Disney (US), LFP Inc. (US), ViacomCBS (US), WorldFashion Channel (US) Groupe Arnault (FR), Groupe M6 (FR), Vivendi/Bolloré (FR), Marc Dorcel Pays-Bas (NL), Mindgeek Holding (LU), Viasat World Ltd (GB) contribuent à l'illusion de pluralisme des médias en Russie.

Le Comité Denis Diderot a été créé à l’initiative de deux experts en matière de télévision par satellite et est ouvert à tout citoyen réclamant la paix en Ukraine, le rétablissement de la libre circulation des informations, l’interdiction de la propagande de guerre et la solidarité avec la société civile russe en lutte pour la liberté d’expression.    

Coordination :
-    Dr. André Lange, Paris, histv3@gmail.com -        
-    Jim Phillipoff, Amsterdam , phillipoff@gmail.com    

Premiers signataires      
  • Daniel & Rachel Barnon, Sleeping Giants (FR)   ·     
  • Francis Biesmans, Professeur, BETA, Université de Lorraine, (FR) ; Attaché de recherche au COEF, Nelson Mandela University, (South Africa).  
  • Alain Bourges, Vidéaste, professeur d’enseignement artistique retraité (FR)   ·         
  • Olexandr Burgamin, Membre, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine   ·   
  • Oleg Chernysh, Vice-Président, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine  ​ ·  
  • Ian Christie, Professeur d’histoire du cinema et des médias, Birkbeck College, University of London (UK)   ·  
  • Wolfgang Closs, ancien Directeur exécutif de l’Observatoire européen de l’audiovisuel (DE) ​ ·     
  • Christian Delporte, professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (FR)  -
  • Cécile Despringre, Directrice exécutive de la Société des auteurs de l’audiovisuel (SAA) (EU) 
  • John Downey, Président de l’Association européenne de recherche sur la communication et l’éducation (ECREA), Professeur d’analyse comparée des medias Loughborough University (UK)  
  • Barbara Hayes, Présidente de la Société des auteurs de l’audiovisuel (SAA) (EU), Deputy CEO of ALCS (GB) 
  • Dr. Gert Hallenberger,  Media Researcher, Freiwillige Selbstkontrolle Fernsehen and the Grimme-Preis (DE)  
  • Olha Herasymiuk, Présidente Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine 
  • François Jongen, Professeur extraordinaire en droit des médias à l’UCLouvain (BE) 
  • Isabelle Kersimon, Journaliste, Fondatrice de l'Institut de recherches et d'études sur les radicalités (INRER), Paris (FR)    
  • Valentyn Koval, Premier Vice-Président, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine 
  • André Lange, Ancien expert sur les marchés audiovisuels au sein d’une institution européenne, collaborateurs scientifique du Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège (BE) ​ ·   
  • Philippe Lévrier, ancien Membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (FR) ​ ·     
  • Arnaud Mercier, Professeur en Information-Communication à l'université Paris-Panthéon-Assas, Responsable de la Licence information communication de l'Institut français de Presse (IFP) (FR) ​
  • Alain Modot, PDG de DIFFA (Distribution de Films et Fictions Africains) Paris France (FR)    
  • Gilles Multinger, Professeur d’histoire des médias, ancien journaliste, Madrid (ES)    
  • Dr. Felix Victor Münch, Chercheur post-doctorat, Leibniz-Institute for Media Research | Hans-Bredow-Institut (DE)    
  • Olena Nitsko, Secrétaire exécutive, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine    
  • Maksym Onopriienko, Membre, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine ​ ·    
  • Richard Paterson, Research Associate, Centre for Cultural Policy Research, University of Glasgow (UK) ​ ·     
  • Jim Phillipoff, Consultant media, ancient PDG de plates-formes satellitaires en Ukraine, ancien PDG de Kyiv Post Media, Amsterdam (US)
  • Philippe Reynaert, Consultant cinéma, Xanadu (BE)    
  • Olga Romanova, Directrice et fondatrice de la Rus Sitting Association, Fondation d’assistance aux détenus et à leurs familles, Moscou (RU)
  • Tetiana Rudenko, Membre, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine   
  • Ismo Silvo, Director YLE, Finnish Broadcasting Company (FI)    
  • Bruno Somalvico, Directeur éditorial , Democrazia futura (IT)    
  • Dick Tomasovic, Professeur en études cinématographiques, Université de Liège (BE)    ·     
  • Marc Vanesse, Professeur de journalisme d’investigation et déontologie de l’information, Université de Liège (BE)         
  • Prof. Dr. Andreas Joh. Wiesand , ERICarts Institute and Network / ARCult Media GmbH, Köln (DE)  
  • Yurii Zinevych,  Membre, Conseil national de la radio et de la télévision d’Ukraine

Publiée (Mis à jour )