Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Rebaptisons la " Place joyeuse " en Place des esclaves révolté-e-s de l'Anse Spoutourne

Rebaptisons la " Place joyeuse " en Place des esclaves révolté-e-s de l'Anse Spoutourne

229 personnes ont signé. Allons jusqu'à   300
229 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par SELLAYE Marie J. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
SELLAYE Marie J.
a lancé une pétition à destination de
Mr Frédéric BUVAL, Maire de Trinité
La "Place
joyeuse" de la ville de Trinité ne célèbre pas la joie mais honore un
esclavagiste monsieur Villaret Joyeuse qui a bruyamment organisé le
rétablissement de l'esclavage décidé par Napoléon en 1802.

La ville de Trinité est elle
aussi, est un des hauts lieux de la résistance anti-es clavagiste et des luttes
ouvrières. Le 8 février 1831, Tine et Monique, quittent l’habitation sucrière
des Dubuc de l’anse Spoutourne et descendent dans la ville porter plainte
auprès du juge de paix (comme l’autorise les nouvelles mesures de 1827) contre
le colon et le géreur qui refusent d’appliquer les nouvelles mesures
assouplissant l’affranchissement. 8 esclaves vont être condamnés à la
déportation pour avoir été des meneurs-res. Malgré les appels
judiciaires, ils et elles restent en prison. Ces esclaves organisent avec Monique
et Tine leur marronnage en s’évadant vers Sainte Lucie en 1834.

Ces révoltes font partie de intégrante
l’histoire de l’histoire de Martinique.

Pour mettre fin à cet
affront à notre mémoire, nous réclamons que soient honoré-e-s nos héroïques combattant-e-s
contre l'esclavage de l'Anse Spoutourne de 1831 à 1834.




Publié le 11 Juin 2020 (Mis à jour: 15 Juin 2020)