En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
CAMPAGNE des villes Féliprotectrices et villages Féliprotecteurs , pour rallier maires et vétérinaire à la cause féline

CAMPAGNE des villes Féliprotectrices et villages Féliprotecteurs , pour rallier maires et vétérinaire à la cause féline

8,617 personnes ont signé. Allons jusqu'à   10,000
8,617 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Vivette J. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Vivette J.
a lancé une pétition à destination de
Le Président de l'association des Maires de France !,
Le président de l'association des Maires du 28,
Le président du syndicat des vétérainaires de France
Suite à l'obligation d'identification des animaux de compagnie depuis le 1 janvier 2012 , suite au décret reconnaissant le droit de vivre comme "chats libres" depuis 2002 s'ils sont identifiés et stérilisés sous couvert d'association et en application de cette circulaire "Fourrière guide à l'attention des maires" * adressée à tous les Maires de France par le Ministère de l'Intérieur et de l'Agro-Alimentaire cette année, nous association Loi 1901 SOS ANIMAL TENDRESSE reconnue d'intérêt général et déposée en préfecture du 28 en avril 2007 demandons la mise en œuvre de toutes les possibilité de survie offertes aux félins sans toits de France issus des abandons ! C'est à dire la bascule immédiate de tous les crédits accordés pour les tuer en crédits de soins et stérilisations par le biais de conventions à signer entre maires et vétérinaires sur toutes les communes afin que les DENIERS DES ANIMAUX prélevés sur les impôts servent à les stériliser et en prendre soin et non les tuer sans relâche et aveuglément ! Nous demandons que des aides soient accordées aux associations locales partenaires qui prennent en charge les chats errants et que les sorties de fourrières leur soient facilitées et les chats sains remis, soignés et identifiés gratuitement aux associations qui s 'engagent à les stériliser les replacer et les suivre tout au long de leur vie ! Nous demandons que ces chats ramassés et pas encore identifiés fassent l'objet d'annonces dans les journaux locaux et sur internet avec leurs photos afin d'en retrouver les éventuels propriétaires pour les régulariser et leur restituer stérilisés ! Nous demandons que les Lois sur la maltraitance soient appliquées en cas de massacre sur tous les chats y compris les chats libres et reconnus comme tels en application des Lois et les responsables punis de peines de prison et de fortes amendes ! Nous demandons que tous les chats libres ,stérilisés et identifiés fassent l'objet d'une reconnaissance effective au sein des municipalités, que des points de nutrition & abris hivernaux avec rappel des lois soient créés par les ateliers techniques et surveillés , que ces chats soient autant respectés que les fleurs. Que les bénévoles qui s'en occupent soient connus et protégés par les forces de l'ordre! Enfin que les massacreurs et braconniers de chats soient systématiquement recherchés, fassent l'objet d'un fichier empreintes et ADN quel que soit leur âge ! Ceci afin de protéger nos descendances des tueurs en série qui se "font la main" sur ce type d'animaux errants et anonymes ! En effet la montée des braconniers félins et de la délinquance dont les voies de fait ne vont qu'en s'aggravant avec actes de cruauté impunis envers les chatons et félins fragilisés où dont les maitres âgés et protecteurs décèdent est un phénomène très inquiétant ! Ces actes de cruauté très graves étant des marqueurs de la dégradation des liens sociaux et des "marqueurs de la maltraitance" faites aux enfants et doivent être considérés par les pouvoirs publics et les élus ! Nous demandons que les agglomérations de communes et métropole créent des refuges félins intermédiaires professionnalisés et des emplois qualifiés avec détenteurs de certificats de capacité pour des jeunes motivés par la cause animale et /ou des chômeurs proches des félins à réinsérer. Enfin nous PROPOSONS activement à une chaine de télévision de s'engager avec des artistes et intellectuels afin de nous créer une émission annuelle sous forme de CHAT'LATHON pour mettre en exergue les bonnes mises en œuvres effectuées par les communes qui participeraient à un classement annuel des meilleurs communes Féliprotectrices avec remise des pattes d'OR sur les pancartes des communes sur le modèle des villes fleuries et un classement inversé des condamnations obtenues pour les massacreurs! Que chaque décideur réalise qu'un chat euthanasié avec des deniers publics nous déshonore à jamais, qu'il génère stress et deuils inutiles, que le deuil est un problème de santé publique et grève aussi le budget de la SS indirectement et que ce chat sacrifié ne rapportera plus jamais à personne ! Alors qu'un chat stérilisé, soigné , identifié et protégé garde son rôle dans la chaine de sauvegarde de nos environnements naturels et protège le PIB attaché aux animaux de compagnie et la croissance et participe à la création d'emplois qualifiés. PROMOUVOIR la Vie de qualité des félins préservés de France doit être une campagne citoyenne vers l'excellence pour tous nos élus , nous devons tous ensemble participer à l'amélioration de nos conditions de vie, la reconnaissance du pouvoir thérapeutique et pédagogique des félins et de son utilité dans la croissance économique de la France pour le plus grand bien et la sécurité de tous !
* Extraits du guide et rappels :Ces conditions de sortie sont rappelées page 11 du livret ci-dessous : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Fourriere_animale_guide_cle8629f9.pdf

"Après avis d'un vétérinaire, le gestionnaire cède les

animaux à titre gratuit à des fondations ou des

associations de protection des animaux disposant d'un

refuge qui, seules, sont habilitées à proposer les

animaux à l'adoption à un nouveau propriétaire. Ce

don ne peut intervenir que si le bénéficiaire s'engage à

respecter les exigences liées à la surveillance

vétérinaire de l' animal, dont les modalités et la durée

sont fixées par arrêté du ministre chargé de l'Agriculture.

Après l'expiration du délai de garde, si le vétérinaire en

constate la nécessité et en dernier recours, il procède à

l'euthanasie de l' animal (article L 211-25 du CRPM)."

La Loi prévoit ceci en page 7 du guide :

"Qualification du personnel et suivi sanitaire de l’ établissement

 Il est aussi nécessaire qu’au moins une personne, en contact direct avec les animaux, possède un

certificat de capacité, délivré par les services de la Préfecture (DD(CS)PP), attestant de ses

connaissances relatives aux besoins biologiques, physiologiques, comportementaux et à l'entretien

des animaux de compagnie. Ce certificat est délivré par l'autorité administrative, qui statue au vu des connaissances ou de la formation, et notamment des diplômes ou de l'expérience professionnelle des postulants (article L 214-6 du CRPM).

 La surveillance sanitaire dans la fourrière est assurée par un vétérinaire

sanitaire désigné par le gestionnaire de la fourrière (article L 211-24

du CRPM).

A ce jour, cela n'est pas appliqué et nous le déplorons et souhaitons que cela cesse rapidement, en particulier avec cette supplique que nous vous adressons pour faire soigner ces déportés et restructurer ces services départementaux ou municipaux à chaque fois qu'ils ne sont pas conformes !
Pour cela, nous tentons de travailler avec tous les vétérinaires, les maires du 28, mais aussi les associations et les laboratoires de spécialités vétérinaires, la DDSCPP et la préfecture à une résolution du problème au travers de cette campagne, qui doit aboutir à la création de formations pour des emplois verts qualifiés !
Vous en êtes le pivot central, Monsieur le président des Maires de France , et nous avons demandé en août au président de l'Association des maires du 28 : M. Gérard Hamel, de renvoyer à nouveau la circulaire "Fourrière guide à l'attention des maires" et réitérons cette demande que nous vous avons faite pour toute la France en Août 2013 sans réponses à ce jour ! http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Fourriere_animale_guide_cle8629f9.pdf émanent du ministère de l'Intérieur et de l'Agro-Alimentaire, qui régit les conditions de détention et de soins en fourrière et propose des conventions maires/vétérinaires en fin de livret pour tous les animaux en souffrance sur les communes !
Voir cet extrait du guide en page 10 :
"Normes en matière de fonctionnement (pour toutes les capacités d'accueil)

Les animaux doivent avoir à leur disposition de l’ eau fraîche en permanence et de la nourriture.

Le responsable de l’ établissement fait procéder, au moins 2 fois par an, à une visite par le vétérinaire de son choix. Les animaux malades ou blessés doivent être détenus dans une infirmerie jusqu’à leur guérison complète. Le vétérinaire doit être tenu informé sans délai de toute mortalité anormale ou de toute morbidité répétée des animaux (article R 214-30 du CRPM).

Un règlement sanitaire régissant les conditions d' exercice de l' activité afin de préserver la santé et le bien-être des animaux en fonction de leur espèce, ainsi que la santé et l' hygiène du personnel, doit être établi en collaboration avec le vétérinaire sanitaire (article R 214-30 du CRPM).

Un registre d' entrée et de sortie des animaux et un registre de suivi sanitaire et de santé des animaux doivent être tenus à jour (article R 214-30-3 du CRPM)."

4. QUELLES MODALITÉS DE GESTION ?

Le mode de gestion de la fourrière est laissé à la libre appréciation du maire de la commune. Les trois modes de gestion les plus fréquemment rencontrés sont :

 La régie directe avec un service communal ou intercommunal de fourrière ;

 La délégation de service public auprès :

- d’ une structure privée,

- d’ une structure associative.

Des modes de gestion intermédiaires sont envisageables, notamment dans le cas de la délégation de service public, lorsque des locaux et/ou du personnel sont mis à disposition par la collectivité.

Quel que soit le système de gestion, la structure doit répondre aux exigences réglementaires, dont les modalités sont définies dans les fiches n°5 et n°6.

Il faut aussi s’ assurer que toutes les étapes de la gestion de l’ animal errant ou divagant sont prises en charge sur le territoire. Cela comprend : la capture, le transport, l’ hébergement, les soins et la recherche de propriétaire, ainsi que la gestion du devenir de l’ animal à l’ issue du délai franc de 8 jours ouvrés.

La capacité de l’ établissement doit être adaptée aux besoins de chacune des communes pour lesquelles elle assure le service d' accueil des animaux (article L 211-24 du CRPM).

Elle est généralement déterminée en fonction des données disponibles pour les années antérieures concernant le nombre d’ animaux pris en charge, le temps de séjour moyen et l’ impact de la saisonnalité des entrées. La capacité de la fourrière est donc corrélée au nombre d’habitants, et il est usuellement admis qu’il faut compter en moyenne 1 animal perdu par an pour 250 habitants.

Page 12 de ce guide, nous trouvons cette recommandation ministérielle :
"8. QUELLE INTEGRATION

POUR LES CHATS LIBRES ?

Qu ’est-ce qu’ un chat libre ?

Le devenir des chats errants, vivant en groupe dans des lieux publics d’une commune, capturés et conduits en fourrière est le plus souvent réduit à l’euthanasie du fait de la difficulté de leur adoption (âge, sociabilité) et de la surcharge des refuges.

Cependant, l’extermination n'apporte pas de solution durable, car les sites sont re-colonisés par d'autres individus après la capture. Il existe une alternative pour éviter ces colonisations et les nuisances possibles pour les habitants de la commune (bruits, odeurs...).

Il s’ agit d’ une gestion durable des populations de chats dits « libres » passant par une identification (au nom de la commune ou d’ une association), une stérilisation des animaux et un
relâchement sur site. Cette forme de gestion permet de réduire le nombre de chats errants, évite la re-colonisation des territoires par de nouveaux individus et favorise l’intégration de l’animal en ville.

Réglementation:

« Le maire peut, par arrêté, à son initiative ou à la demande d’une association de protection des animaux, faire procéder à la capture de chats non identifiés, sans propriétaire ou sans gardien, vivant en groupe dans des lieux publics de la commune, afin de faire procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l’article L 212-10, préalablement à leur remise en liberté dans ces mêmes lieux. » (article L 211-27 du CRPM)

Démarche:

. Convention avec un vétérinaire libéral sous forme d'un contrat écrit (nature, conditions et honoraires des prestations) pour l’identification, la stérilisation et les soins des animaux.

. Campagnes de capture de chats errants : information de la population par le maire (affichage et publication dans presse locale) des lieux, jours et heures prévus (article R 211-12 du CRPM).

. Identification (tatouage ou puce électronique) des animaux réalisée au nom de la commune ou de la dite association (article L 211-27 du CRPM).

. Gestion, suivi sanitaire et conditions de la garde de ces populations : sous la responsabilité du maire ou de l’association de protection des animaux (article L 211-27 du CRPM)."

En conclusion et témoignage de ses actions sur le terrain SOS ANIMAL TENDRESSE dresse un constat dramatique pour tous les "feu" félins exclus qu'elle accompagné , mais vous adresse ses recommandations en une profession de foi et un bilan d' espoir pour des citoyens féliprotecteurs bâtisseurs d'avenir meilleur :
Les chats en situation de reproduction intensive font indéniablement partie des animaux en souffrance et sans avenir heureux. De plus ils sont décimés par les maladies dès leur plus jeune âge, les parasites et la violence routière font le reste et les massacreurs anonymes sévissent largement , donc ils ne sont pas aussi prolifiques que les illusoires courbes de croissance théoriques le font craindre ! En revanche les soigner avant stérilisation est une priorité d'action sanitaire pour notre territoire tout entier! La stérilisation précoce et massive leur évitera bien des contaminations virales et toutes les nuisances d'agrément pour les riverains , et assainira progressivement les cohortes de chats libres tout en limitant leurs populations vers des chats libres et sains ! Il est nécessaire de procéder systématiquement à un déparasitage et d'attacher cette nécessité aux autorisation de nourrissage par décrets municipaux pour inverser cette tendance à interdire toute compassion et affamer ces pauvres parias! De plus le déparasitage progressif de ces cohortes de chats sans toits devenus craintifs participera à la sauvegarde de l'environnement! En effet ils font partie d'une chaine alimentaire d'animaux très parasités et pollués et sont des marqueurs de notre environnement très sensibles aux toxiques épandus sur les cultures ou aux exfoliants de nos villes et sont très fragilisés par des épidémies chroniques de plus en plus résistantes ! Cette circulaire et ce guide devraient nous apporter quelques sympathies en dehors des éternelles polémiques , car nous avons des délégués de cette cause qui œuvrent sur plusieurs villes et villages pour qui nous avons déjà contacté leurs élus avec ce rappel à la participation. Partout les deniers des animaux prévus au budget des communes doivent pouvoir être alloués chaque année à cette cause avec l'aide logistique des associations de protection animale locales dans une campagne progressive de stérilisation à court moyens et long terme sur plusieurs années parfois mais définitivement acquise au niveau de la démarche de base !
D'après ce texte, on doit pouvoir déterminer la capacité d'accueil souhaitable pour une fourrière adaptée aux besoins ainsi que les restructuration et mise aux normes des locaux et embauches de personnes qualifiées pour une prise en charge des chats ramassés en conformité avec ces règles sanitaires et de protection animale ! Mais aussi participer à l'intégration comme animaux pédagogiques et/ou thérapeutiques dans bien des structures d'éducation spécialisées ou d'hébergements comme de lieux publics, du patrimoine culturel Français et espaces verts protégés , les maisons d'accueil temporaires ,de sortie de fourrière , avant opérations et post stérilisation , soins ou retraite définitive doivent être pensées différemment en harmonie avec la sauvegarde de l'environnement et des structures sous le signe de l'énergie renouvelable et des emplois qualifiés et verts et sous la responsabilité de vétérinaires attachés à la cause féline!

la circulaire "Fourrière guide à l'attention des maires": http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Fourriere_animale_guide_cle8629f9.pdf émanent du ministère de l'Intérieur et de l'Agro-Alimentaire, qui régit les conditions de détention et de soins en fourrière et propose des conventions maires/vétérinaires en fin de livret pour tous les animaux en souffrance sur les communes !

Les chats errants font partie de notre biotope et des animaux en souffrance bénéficiaires des subventions de soins, la stérilisation en est le premier volet pour pouvoir les soigner et en prendre soins une vie durant et en communauté !

Nous reprenons en conséquence et en priorité absolue de plus en plus intensément la campagne lancée en 2010 !
Voici le lien édité par la page ACTUANIMAUX en national de notre campagne hébergée par l'AVERN de Vernouillet à Cherisy :

http://www.actuanimaux.com/actualites/agenda/campagne-pour-des-villes-et-villages-feliprotecteurs-et-adoptions-chatons-de-sos-animal-tendresse#top