En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Conseil de Sécurité de l'ONU: Sauver de la décapitation le jeune saoudien Ali Mohammed Al-Nimr

Conseil de Sécurité de l'ONU: Sauver de la décapitation le jeune saoudien Ali Mohammed Al-Nimr

44,567 personnes ont signé. Allons jusqu'à   50,000
44,567 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Mohamed K. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Mohamed K.
a lancé une pétition à destination de
Conseil de Sécurité de l'ONU
Empêchez la décapitation et la crucifixion en public d'Ali Mohammed Al-Nimr

Au moment où l'Arabie Saoudite a pris la présidence du panel des droits de l'homme de l'ONU, Ali Mohammed Al-Nimr, un jeune saoudien de 21 ans a été condamné par les autorités de ce pays à la décapitation et à être crucifié cette semaine, pour la simple raison qu'il est chiite et qu'il a revendiqué que lui-même et les membres de sa communauté religieuse soient traités sur un pied d'égalité avec ses concitoyens sunnites.

Ali Mohammed Al-Nimr a été arrêté alors qu'il n'était âgé que de 17 ans. Après un simulacre de procès vite expédié, il a été condamné à être décapité et crucifié sur la place publique pour avoir participé à une manifestation pacifique.

La communauté internationale, représentée par l'ONU, peut-elle admettre que le pays qui préside l'une des plus importantes instances des droits de l'homme de cette même ONU procède à un véritable assassinat sous couvert de condamnation judiciaire ?

L'ONU, son Conseil de sécurité, son Secrétariat général, les représentants de ses pays membres doivent tout faire pour sauver Ali Mohammed Al-Nimr. Sinon, comment peuvent-ils expliquer à ceux qu'ils sont censés représenter le fait qu'ils aient intronisé à la tête d'une importante instance de défense et de promotion des droits de l'homme un pays qui bafoue au quotidien de la manière la plus brutale et la plus rétrograde ces mêmes droits de l'homme et notamment les droits des femmes?