Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
La Fourrure est cruelle : l’UE ne doit pas être complice !

La Fourrure est cruelle : l’UE ne doit pas être complice !

35,996 personnes ont signé. Allons jusqu'à   50,000
35,996 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Elise F. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Elise F.
a lancé une pétition à destination de
EU Commissioner Vytenis Andriukaitis
Imaginez ce que c’est de passer votre vie dans une petite cage métallique. Né dans un espace qui ne représente qu’une fraction infime de ce que votre nature a besoin, et y demeurer jusqu’au jour où vous êtes abattu. Être entouré par le bruit, la vue et l’odeur des autres lorsque votre nature exige que vous viviez dans la solitude. Être constamment stressé et harcelé par votre environnement et par les autres, jusqu'à ce que votre vie se termine par un sort de torture prolongée.

Une existence comme celle-ci et pour quoi? - se retrouver sur les épaules d'un être humain avec une idée erronée de la beauté.

La vie des animaux à fourrure est infernale, mais la Commission européenne souhaite que son deuxième centre de référence de l'UE sur le bien-être des animaux, qui couvre volailles et lapins, se concentre également sur les animaux à fourrure - une absurdité. Aucune mesure de bien-être ne peut améliorer la vie des animaux sauvages contraints de vivre dans des conditions qui sont l'antithèse de leurs besoins naturels et de leur environnement. De plus, 8 États membres sur 28 sont déjà devenus libres de fourrure.

Le centre de référence de l’UE représente un timbre d’approbation pour les souffrances inacceptables et inutiles subies par des millions d’animaux sauvages. Nous ne devons pas laisser notre argent être dépensé dans quelque chose qui donne de la légitimité à une industrie cruelle, voire la favorise, alors que ni les citoyens ni la majorité des pays de l’UE ne le souhaitent. Il suffit de regarder les sondages!

Veuillez signer et partager la pétition: nous souhaitons que la Commission supprime les "animaux à fourrure" du mandat du nouveau centre de référence de l'UE. Il ne nous reste que quelques mois pour mettre un terme à ces projets inacceptables, mais lorsque nous aurons 500 000 signatures, nous veillerons à ce que le commissaire Andriukaitis et les instituts de recherche concernés sachent ce que veulent les citoyens de l'UE!

Commissaire Andriukaitis:

«En tant que citoyens de l’UE, nous sommes consternés de découvrir que le nouveau centre de référence de la Commission européenne pour les poulets et les lapins établira également des règles qui légitimeront l’élevage des animaux à fourrure. Le bien-être dans les fermes à fourrure ne peut être amélioré; les animaux tels que les renards ou les visons sont des animaux sauvages qui ne vivent pas à proximité dans la nature et ne doivent pas être mis en cage ni être élevés du tout. Le centre de référence de la Commission normalise l’élevage des animaux à fourrure alors que huit des 28 États membres ont totalement abandonné leur activité et que plus de 80% des Européens de plusieurs pays, dont l’Italie, l’Allemagne et la Grèce, y sont totalement opposés.
Nous ne voulons pas que notre argent soit dépensé dans un projet qui implique que la fourrure et les conditions horribles endurées par les animaux à fourrure sont acceptables. Veuillez retirer les animaux à fourrure du mandat du deuxième centre de référence de l'UE. "
Publié le 6 Mars 2019 (Mis à jour: 1 Mai 2019)