En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le Gouvernement Algérien: Halte aux expulsions massives

Le Gouvernement Algérien: Halte aux expulsions massives

578 personnes ont signé. Allons jusqu'à   600
578 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Fouad H. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Fouad H.
a lancé une pétition à destination de
Le Gouvernement Algérien
APPEL
Nous sommes tou-te-s des Migrant-e-s

Depuis le début de l’année 2018, une campagne généralisée d’arrestations arbitraires, suivies d’expulsions collectives et massives, a frappé l’ensemble des Migrant-e-s originaires de l’Afrique subsaharienne, se trouvant sur le territoire national.

Les migrant-e-s de diverses nationalités africaines parmi lesquels des : Guinéens, Burkinabés, Béninois, Maliens, Ivoiriens, Sénégalais, Nigérians, Libériens, Camerounais ou Sierra-Léonais, sont refoulé-e-s aux frontières, sans aucune décision de justice, et au risque de leurs vies. alors, qu’il n’existe aucun accord de réadmission ou de demandes formulées par les gouvernements de ces pays pour d’éventuels retours de leurs ressortissant-e-s, plus de 1500 migrant-e-s ont déjà été expulsé-e-s juste ces dernières semaines, lors d'opérations entachées d'abus et en flagrantes contradictions avec les règles internationales des droits humains.

Contrairement au discours officiel qui présente ces opérations comme des « rapatriements à titre humanitaire » ; les personnes ciblé-e-s par cette campagne sont en majorité des «travailleurs migrant-e-s ». Seul le Niger, a sollicité dès 2014 dans le cadre d'un accord "opaque" avec le gouvernement algérien, le retour de ses ressortissant-e-s dont une majorité sont des femmes et des enfants.

Nous, organisations non gouvernementales, défenseur-e-s et militant-e-s des Droits humains, journalistes et acteurs/actrices de la société civile, signataires de ce présent appel, dénonçons fermement ces opérations d’expulsions arbitraires, ciblant des milliers de migrant-e-s subsaharien-ne-s, parmi eux des personnes en extrême vulnérabilité.

Par conséquent, Nous appelons expressément le Gouvernement Algérien :

1- Au respect, de ses engagements pris au titre des conventions internationales relatives, aux droits des travailleurs migrant-e-s et aux droits des réfugié-e-s, ratifiées par l'Algérie, ainsi qu’aux recommandations de l'EPU et du Comité des Travailleurs Migrants (CWM), formulées récemment au siège des Nations Unies à Genève.

2- À mettre en place en urgence, un cadre légal national en respect des droits des travailleurs migrant-e-s et d'une loi d'asile à même de permettre l'accès au statut de réfugié/e, et de leur protection de toute formes d'abus ou d'exploitation.

3- À cesser de faire l'amalgame entre la lutte contre le trafic et le terrorisme, toute légitime quand il s’agit de la sécurité nationale, et à l’obligation du respect des droits des réfugié-e-s et des migrant-e-s travailleurs.

4- À cesser les opérations d'expulsions collectives des migrant-e-s travailleurs et des demandeur-e-s d'asile.

Pour tout contact: [email protected]
ALGERIE, LE 18 MAI 2018.

CALL
We are all Migrant-e-s

Since the beginning of 2018, a widespread campaign of arbitrary arrests, followed by mass and collective expulsions, has affected all migrants from sub-Saharan Africa on the national territory: Guineans, Burkinabe , Beninese, Malians, Ivorians, Senegalese, Nigerians, Liberians, Cameroonians, or Sierra Leoneans. They are pushed back to the borders, without any decision of justice, and the risk of their life. While there are no readmission agreements or requests from the respective governments of these countries for possible returns of their nationals,More than 1,500 migrants have already been deported in recent weeks, during abusive operations and in flagrant contradictions with international human rights law.
Contrary to the official discourse that presents these deportation operations as "humanitarian repatriations", the migrants targeted by this campaign are mostly women and men who work. Only in 2014, Niger has asked for an "opaque" agreement with the Algerian government for the return of its nationals, the majority of whom are women and children.
We, non-governmental organizations, defenders and human rights activists, journalists and civil society actors, signatories of this call, strongly denounce these operations of arbitrary expulsions, targeting thousands of sub-Saharan migrants. -s, some of whom are extremely vulnerable.
Therefore, we expressly call on the Algerian government:
- compliance with its commitments to implement the international conventions on the rights of migrant workers and refugee rights, ratified by Algeria, as well as the recommendations of the UPR and the Committee of Migrant Workers (CWM ), which were recently formulated at the United Nations Headquarters in Geneva;
- to put in place, as a matter of urgency, a national legal framework respecting the rights of migrant workers, as well as an asylum law which allows them to have refugee status and guarantees their protection against all forms of abuse or exploitation;
- to stop amalgamating the struggles against trafficking and terrorism - legitimate when it comes to national security - and the obligation to respect the rights of refugeesand migrant workers;
- to stop the collective expulsion of migrant workers and asylum-seekers.
To join: [email protected]
ALGERIA, MAY 18, 2018.

نحن جميعا مهاجر
منذ بداية عام 2018 ، أثرت حملة واسعة من الاعتقالات التعسفية ، أعقبتها عمليات طرد جماعي وجماعي ، على جميع المهاجرين من أفريقيا جنوب الصحراء الكبرى على الأراضي الوطنية: الغينيين وبوركينا فاسو أو بينيني أو مالي أو إيفوري أو سنغالي أو نيجيري أو ليبيري أو كاميروني أو سيراليون. يتم إرجاعهم إلى الحدود ، دون أي قرار من العدالة ، وخطر حياتهم. في حين لا توجد اتفاقات أو طلبات إعادة قبول من الحكومات المعنية في هذه الدول للعائدات المحتملة لمواطنيها ،وقد تم بالفعل ترحيل أكثر من 1500 مهاجر في الأسابيع الأخيرة ، خلال عمليات تعسفية وفي تناقضات صارخة مع القانون الدولي لحقوق الإنسان.
على عكس الخطاب الرسمي الذي يعرض عمليات الترحيل هذه كـ "عمليات الإعادة الإنسانية" ، فإن المهاجرين المستهدفين من قبل هذه الحملة هم في الغالب من النساء والرجال الذين يعملون. في عام 2014 فقط ، طلبت النيجر عقد اتفاقية "مبهمة" مع الحكومة الجزائرية لإعادة مواطنيها ، غالبيتهم من النساء والأطفال.
نحن ، المنظمات غير الحكومية والمدافعين عن حقوق الإنسان ونشطاء حقوق الإنسان والصحفيين والفاعلين في المجتمع المدني ، الموقعين على هذه الدعوة ، ندين بشدة عمليات الطرد التعسفي هذه ، التي تستهدف الآلاف من المهاجرين من جنوب الصحراء الكبرى. -s ، وبعضهم ضعيف للغاية.
لذلك ، فإننا نطالب الحكومة الجزائرية صراحة بما يلي:
- الامتثال لالتزاماتها بتنفيذ الاتفاقيات الدولية المتعلقة بحقوق العمال المهاجرين وحقوق اللاجئين ، التي صادقت عليها الجزائر ، وكذلك توصيات الاستعراض الدوري الشامل ولجنة العمال المهاجرين (CWM) ) التي صيغت مؤخرا في مقر الأمم المتحدة في جنيف ؛
- وضع إطار قانوني وطني ، على سبيل الاستعجال ، يحترم حقوق العمال المهاجرين ، فضلاً عن قانون للجوء يسمح لهم بالحصول على مركز اللاجئ ويضمن لهم الحماية من جميع أشكال سوء المعاملة أو الاستغلال ؛
- التوقف عن دمج النضالات ضد الاتجار والإرهاب - الشرعية عندما يتعلق الأمر بالأمن القومي - والالتزام باحترام حقوق اللاجئينوالعمال المهاجرين
- لوقف الطرد الجماعي للعمال المهاجرين وطالبي اللجوء.
للانضمام:[email protected]
الجزائر ، 18 مايو 2018


LLAMADA
Todos somos Migrantes-e-s
Desde principios de 2018, una campaña generalizada de arrestos arbitrarios, seguida de expulsiones masivas y colectivas, ha afectado a todos los migrantes del África subsahariana en el territorio nacional: guineanos, Burkina Faso , Benineses, malienses, costamarfileños, senegaleses, nigerianos, liberianos, cameruneses o sierraleoneses. Son empujados hacia las fronteras, sin ninguna decisión de justicia y el riesgo de sus vidas. Si bien no existen acuerdos de readmisión o solicitudes de los respectivos gobiernos de estos países para posibles devoluciones de sus nacionales,más de 1.500 migrantes ya han sido deportados en las últimas semanas, durante operaciones abusivas y en flagrantes contradicciones con el derecho internacional de los derechos humanos.
Contrariamente al discurso oficial que presenta estas operaciones de deportación como "repatriaciones humanitarias", los migrantes objeto de esta campaña son en su mayoría mujeres y hombres que trabajan. Solo en 2014, Níger solicitó un acuerdo "opaco" con el gobierno argelino para el retorno de sus nacionales, la mayoría de los cuales son mujeres y niños.
Nosotros, organizaciones no gubernamentales, defensores y defensores de los derechos humanos, periodistas y actores de la sociedad civil, signatarios de esta convocatoria, denunciamos enérgicamente estas operaciones de expulsiones arbitrarias, dirigidas a miles de migrantes subsaharianos. -s, algunos de los cuales son extremadamente vulnerables.
Por lo tanto, llamamos expresamente al gobierno argelino:
- el cumplimiento de sus compromisos de aplicar los convenios internacionales sobre los derechos de los trabajadores migratorios y los derechos de los refugiados, ratificados por Argelia, así como las recomendaciones del EPU y del Comité de Trabajadores Migratorios (CWM) ), que se formularon recientemente en la Sede de las Naciones Unidas en Ginebra;
- establecer, con carácter de urgencia, un marco jurídico nacional que respete los derechos de los trabajadores migratorios, así como una ley de asilo que les permita tener el estatuto de refugiado y garantice su protección contra todas las formas de abuso o explotación;
- dejar de amalgamar las luchas contra la trata y el terrorismo - legítimas en lo que respecta a la seguridad nacional - y la obligación de respetar los derechos de los refugiadosy trabajadores migrantes;
- detener la expulsión colectiva de trabajadores migrantes y solicitantes de asilo.
Para unirse:[email protected]
ARGELIA, 18 DE MAYO DE 2018.

Associations signataires
Association « Voix de l’enfant »
Association Azulen pour les droits de At-Mzab
Association CIVIC
Association féministe pour l’épanouissement de la personne et de l’exercice de la citoyenneté (AFEPEC)
Association Tharwa n’Fadhma n'Soumer
Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA)
Comité de solidarité avec les travailleurs de Béjaïa
Confédération autonome CGATA
Conseil des lycées d’Algérie (CLA)
Femmes algériennes revendiquant leurs droits (FARD)
Greek Council for Refugees (GCR)
Groupe anti-gaz de schiste d’Oran (GASO)
Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH)
Ligue algérienne des pour la défense des droits de l’homme (LADDH)
Rassemblement actions jeunesse (RAJ)
Réseau Wassila/Avif
Syndicat autonome de SONELGAZ
Syndicat autonome SNAPAP

Solidaires :
African Regional Organisation (ITUC-Africa)
Alarmphone Watch the Med Maroc-Nord Afrique
Associacao Alternativa Terrazul Brasil
Association Asticude (Maroc)
Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM)
Association de lutte contre le sida Maroc (ALCS)
Association de Planet Migrant Maroc
Association démocratique de Tunisiens en France (ADTF)
Association des femmes chefs de famille de Mauritanie (AFCF)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
Association di promotion sociale (ARCI)Association femmes plurielles (France)
Association femmes pour l'égalité et la démocratie (Maroc)
Association IDDA France
Association Mains libres (Maroc)
Association marocaine des droits humains (AMDH)
Association marocaine genre et développement (AMGED)
Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH)
Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture (Maroc)
Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture (Maroc)
Association Pateras de la Vida Maroc.
Association Na’ouara (Belgique)
Association Tamkine (Maroc)
Association Tighza Atlas à M’rirt
Association Tougre Oulmès pour la gestion des acquis
Association Vigilance pour la démocratie et l’Etat civique (AVDEC)
Collectif associatif pour l’observation des élections (Maroc)
Collectif des communautés subsahariennes au Maroc (CCSM)
Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie (Belgique)
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie (CRLDHT)
Confédération Générale des Travailleurs en Mauritanie (CGTM)
Collectif 3
Conseil des migrants de France (CMF)
Coordination maghrébine des organisation des droits humains (CMODH)Espace Médiation (EsMed)
Red de Popular Entre Mujeres de America Lattina e el caribe REPEM
Espaces citoyens (Maroc)Etudiants nord-africains de France (ENAF)
Espoir Handicap de Cote d'Ivoire.
EuroMed Droits (REMDH)
Euro-Mediterraan Centrum Migratie & Ontwikkeling (EMCEMO)
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Forum des Alternatives Maroc (FMAS)
Forum marocain pour la vérité et la justice (FMVJ)
Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES)
Front uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP)
Immigration Développement Démocratie (IDD)
International Institute for Child Protection - IICP Gambie.
Insan Association Liban
Institut de formation des agents de développement Maroc (IFAD)
Khamsa solidaire ici et ailleurs (France)
La Voix des femmes migrantes au Maroc
Ligue des droits de l’homme-France (LDH)
Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l’homme
Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH)
Observatoire maghrébin des migrations
Observatoire marocain des libertés publiques
Organisation droit de coexistence des cultures pour la paix (Maroc)
Organisation pour les libertés d'information et d'expression (OLIE/HATEM)
Plateforme euro-marocaine MDCD
Réseau euro-maghrébin Citoyenneté et culture (REMCC)
Réseau Féministe "Ruptures" France
Réseau marocain transnational migration développement (RMTMD)
Réseau marocain transnational Migration Développement (RMTMD)
SOS Esclaves Mauritanie
SOS Migrants ASBL (Belgique)
SOS Immigration clandestine Côte-d'Ivoire.
The southern Africa Litigation Center (Johannesburg)

La Liste Solidaire:
- Hafedh Affès, militant associatif
- Khadija Ainani, militante AMDH
- Jean-Claude Amara, porte-parole de l'association "Droits devant !! »
- Alima Boumediene Thiery, avocate, militante associative
- Saïd Bouamama, sociologue, membre du FUIQP
- Nadia Chaabane, ancienne députée de l’ANC (2011-2014), Tunisie
- Claudette Ferjani, militante associative
- Chérif Ferjani, professeur émérite des universités
- Mgr Jacques Gaillot, président de "Droits devant ! »!
- Tarek Toukabri, président de l'ADTF
- Fatma Zohra Touzan, avocate de l’Organisation des libertés d’information et d’expression, Maroc
- Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des droits de l’Homme (LDH)
- Blaise Mayemba Mpembele, SG UMT pour tous (syndicat pour migrants)
- Ayad AHRAM, défenseur des droits humains (ASDHOM) France
- Lucky Thiphaine , ex Secrétaire nationale du MRAP
- Khadija Riadi, coordinatrice maghrébine de la CMODH et lauréat prix des DDH de l’ONU
- Hassan Ammari, défenseur des ddh , militant alarmphone-Watch the Med -
Abderrahim Afarki, Bibliothécaire Paris -
Sofian philip Naceur, journaliste et correspondant du quotidien Junge Welt au Caire.
- Hassan Kemoune, du forum marocain pour la vérité et la justice (FMVJ)
- Mohammed Harbi, historien.
- Outtara Issouf, Secrétaire Génaral de SOS Immigrations Côte d'Ivoire.
- Michèle Sibony , militante antiraciste UJFP
- Patricia Stella Jaramilo Guerre, coordinatrice REPEM
- Faiza Ait Kaci, mlitante ACDA
- Virginia Vargas
- Driss El Kherchi, ATMP
- Batista Pedroivo, AAT Brasil
- Omar Kerzouit , militant ACDA
- Monique Dental du réseau féministe "Ruptures" France
- Said Tbel, de l'AMDH Maroc.
- Tiehi Derou Laurent, Directeur Exécutif de l'ONG Espoir Handicap Cote d'Ivoire.
- Tiemele Serge André, activiste de l'OSC Ivoirienne
- Lucky Thiphaine
- Hedi Chenchabi, militant associatif et culturel
- Houda Zekri, poetesse et militante associative
- Ammour Samia, chanteuse et féministe

Signataire:
Lynda Abbou, journaliste- Ouerdia Abib, militante féministe- Adel Abdelrrazak, universitaire militant syndicaliste- Salah Abderrahmane, avocat et militant des droits de l’homme- Hakim Addad, militant politique- Sonia Agtai, avocate, militante des droits humains- Noureddine Ahmine, avocat et militant des droits humains- Abdelmalek Aïbek, militant des droits humains, activiste politique- Sid-Ahmed Aïci, militant associatif et Relais droits humains- Ikram Aïs, militante DDH et ancienne vice-présidente d’Amnesty International Algérie- Farid Aïssani, enseignant et militant politique- Ali Aït-Djoudi, militant des droits humains- Amirouche Aït Hamouda- Faïza Aït Kaci, militante associative (ACDA)- Anis Aït Menguellet, militant associatif et militant des droits humains- Aomar Aït Slimane, militante DDH, ex-SG d’Amnesty International Algérie- Amel Akli, militante féministe et des droits humains- Essaïd Aknine, militant humaniste- Sanhadja Akrouf, militante associative (ACDA)- Younes Ali Slimane, militant DDH et fondateur de l’école des réfugiés, Tizi Ouzou- Tewfik Allal, militant associatif, Paris- Mohamed Allalou, SG du Syndicat des travailleurs de l’éducation, Tizi Ouzou- Aïssa Amazigh, militant pour les droits humains - Farid Amir, militant des droits de l’homme et doctorant- Sabrina Amrioune, féministe et militante des droits humains- Yahia Assam, élu FFS APW Béjaïa- Mohamed Atout, militant syndicaliste- Hamed Atrous, militant LADDH- Djamal Atta, membre du Comité de défenses des libertés, BéjaïaWiame Awres, militante féministe- Zineb Ayadi, militante et présidente de l’association Voix de l’enfant, Béjaïa- Messaoud Babadji, juriste et militant des droits humains- Abdelghani Badi, avocat, militant des droits de l’homme- Yamina Bair, journalisteFares Bedhouche, militant Jil Jadid- Hanane Bekhit, militante des droits des femmes AFEPEC- Aouïcha Bekhti, féministe et laïque- Malek Bekouche, syndicaliste et militant- Fatha Bekri, membre du Comité femmes SNAPAP- Tahar Belabbas- Yasser Belamri, avocat et défenseur des droits de l’homme- Wassila Belatrech, militante des droits de l’homme- Mehdi Belgherbi, défenseur des droits humains- Atiqa Belhacène, militante féministe- Fatima Belleli, responsable associatif- Mustapha Amine Benabdallah, militant des droits humains- Braham Benadji, député- Hamed Benahmed, militant SNAPAP Tlemcen- Brahim Benaouf, militant LADDH- Youcef Benbrahim, avocat et militant des droits de l’homme- Rafik Bendaho, artiste plasticien- Khelaf Benhadda, directeur de site électronique- Zakaria Benlahrech, défenseur des droits humains (LADDH)- Hicham Benlakehal, militant des droits de l’homme- Miloud Ben Messaoud, SNAPAP SantéLaura Benouis, citoyenne, militante des droits de l’homme- Ali Bensaad, professeur des universités- Mokhtar Bensaïd, président de la LADH- Djâafar Bensalah, journalisteFarid Bentouati, militant LADDH- Youcef Benzidane, militant des droits humains- Mehdi Berkouk, militant des droits de l’homme- Chahreddine Berriah, journaliste- Nadia Bouchaour, militante LADDH- Dalila Bouchenaf, militante des droits humains- Fatiha Bouchenaf, consultante- Adel Boucherguine, journalisteAdriane Boudaoud- Noureddine Bouderba, syndicaliste et consultant- Radia Boudissa, militante associative- Amine Boudjani, étudiant, représentant du collectif Solidarité Migrants Algérie- Rachid Boudjaoui, Comité de défense et de sauvegarde des libertés- Mohammed Boudou, vice-président du LADH Sidi-bel-Abbès- Saïd Boudour, journaliste, membre de la LADDH- Fatma Boufnik, enseignante, chercheur, militante des droits humains- Farid Bouhatta, journaliste- D Fatah Bouhmila, militant syndicaliste et des droits de l’homme- Mahrez Bouich, universitaire et défenseur droits humains (LADDH)- Koceila Bouklila, militant des droits de l’homme- Dalila Bouktite, militante LADDH- Fodil Boumala, journaliste, activiste et défenseur des droits humains- Hocine Boumedjane, défenseur des droits humains (LADDH)- Baya Bounache, juriste, journaliste et militante des droits de l’homme- Karim Bourdjioua, membre du comité Solidaires avec les travailleurs Béjaïa- Abbou Bouzidi, citoyen algérien- Sadek Bouzinou (Democratoz), artiste musicien, défenseur des droits des migrants- Nacera Brik- Tarik Chami, étudiant- Malik Chaoui, militant des droits culturels- Amina Cheballah, militante féministe- Malik Cheklalia, journaliste- Sofiane Cheballah, militant des droits de l’homme- Smaïl Chenina, pharmacien- Moulay Idriss Chentouf, coordinateur national PLD- Abdelouhab Chiter, enseignant, avocat, militant des droits humains - Yasmina Chouaki, militante féministe- Farid Chouchaa, ancien syndicaliste, président d’association, Béjaïa- Kaddour Chouicha, défenseur droits humains (LADDH)- Mohamed Dabouz, militant des DH, association IZULEN pour les droits des At-Mzab- Salah Dabouz, avocat, défenseur des droits humains- Ahmed Dahmani, universitaire- Mouloud Deboub, militant politique, Béjaïa- Samira Dehri- Mokrane Dekkel, journaliste- Djamila Dial- Micipsa Didouche, étudiant et militant des droits de l’homme- Nacer Djabi, sociologue- Fouad Djebar, défenseur des droits humains- Amel Djenjdi, artiste plasticienne- Nassera Dutour, porte-parole du CFDA- Muhend Enteghar, ingénieur, militant politique RCD- Abdelkader Fares, militant des droits humains- Kameledine Fekhar, militant des droits humains- Nabil Ferguenis, syndicaliste SATEF- Djallal Firas Ferhat, CIVIC Oran- Fatah Ferroudj, militant enseignant- Abdelouhab Fersaoui, président du RAJ- Bouha Ghalem, journaliste et militant des droits humains- Wahiba Ghanem, manager culturel- Rafika Gherbi, journaliste et militante DDH à Paris- Islem Ghettas, militant des droits de l’homme- Mohamed Hamza Ghezali, avocat, membre de la LADDH- Krimou Goudjil, enseignantLynda Goumeziane, enseignante à l’UMMTO- Hamid Goura, militant LADDH - Sedik Guemghar, militant RCD- Ali Guenoun, historien- Tassadit Guettaf, militante associative et élue communale- Mohand Hadadou, militant associatif et défenseur des droits humains- Nadia Hadj-Hamdri, militante des droits humains- Kamela Hadoum, journaliste- Bachir Hakem, syndicaliste et retraité - Massinissa Hamadène, étudiant en SIC- Aziz Hamdi, acteur culturel- Nalia Hamiche, psychologue, militante des droits humainsSlimane Hamitouche, militant LADDHFaleh Hammoudi, secrétaire national du SNAPAP MigrationTihinan Hamoum, militante des droits de l’hommeLynda Hani, bénévole dans l’association La voix de l’enfant Béjaïa- Mohammed Harbi, historien- Fouad Hassam, défenseur des droits humains (LADDH)- Achour Idir, syndicaliste CLA- Ahcen Idja, défenseur des droits humains (LADDH)Mourad Idri, militant des droits humainsCyria Iflis, militante des droits humainsSofiane Iken, avocat, défenseur des droits humainsAbdelkader Izarrouken, cadre entrepriseAmina Izarrouken, féministeArab Izarrouken, consultant, militantYoucef Kacimi, militant des droits humainsAhcene Kadi, militant RAJ- Mohand Kadi, militant RAJ- Aïssa Kadri, professeur émérite des universités- Lydia Kara Zaitri, militante des droits des femmes AFEPEC- Omar Kezouit, militant ACDA- Aboubaker Khaled, journalisteLyes Khaled, militant associatif- Djamel-eddine Khannane, ingénieur et militant LADDH Oran- Manel Kheffache, militante des droits humains- Abdelmoumène Khellil, défenseur des droits humains (LADDH)- Madjid Khettar, journaliste- Mohamed Hamed Khodja, journaliste- Mohamed Korbi, militant LADDH- Mohamed Korobi, militant LADDH- Hassaine Kourdouli, médecin et militant des droits humains- Ilyas Lahouazi, président de l'ENAF- Amokrane Lakhdar, médecin, premier secrétaire du Jil Jadid- Mohamed Lakhdari, militant associatif- Asma Larbi, universitaire- Mohamed Lazili- Saïd Loic, étudiant de Tizi OuzouHacene Loucif, journaliste- Jamila Loukil, journaliste et militant des droits humains - Mohamed Lamine Maghnine, journaliste -Yasmine Makhloufi, membre de l’association « La voix de l’enfant » Béjaïa - Chafia Mamasse, membre de l’association Voix de l’enfant - Kamel Mammar, militant des droits de l’homme LADDH -Farouk Mansouri, militant associatif, Paris - Ahmed Mansri, militant des droits de l’homme LADDH- Manar Mansri, militant des droits de l’homme LADDH- Leila Marouane, journaliste, écrivain- Atmane Mazouz, député - Malika Mba - Salim Mecheri, secrétaire national SNAPAP- Adlène Meddi, journaliste - Saïd Medjek, militant du conseil national du RCD- Raouf Mellal, militant du syndicat autonome de SONELGAZ - Ines Meliani, militante des droits humains -Fodil Messaoudène, militant des droits de l’homme LADDH- Mohamed Tahar Messaoudi, journaliste- Zohra Mezieche, militante des droits de l’homme- Hocine Mezouar, militant associatif- Samir Mihoub, militant syndicaliste- Saïd Mohdeb, éducateur, protection de l'Enfant- Djalal Mokrani, militant RAJLeila Mokri, journaliste- Ghania Mouffok, journaliste- Wezna Moula, syndicaliste, militante politique, Tizi Ouzou- Massinissa Msili, militant des droits humains- Amirouche Nedjaa, directeur de MENA Média Monitoring- Massinissa Negrouche, militant des droits de l’homme LADDH- Houari Naïb, journaliste- Abdelaziz Nouredine, militant des droits humains LADDH- Idir Ouachek, militant des droits de l’homme- Farida Ouaghlissi, Coordination des familles des disparus- Mokhtar Ouazi, journaliste- Fouad Ouicher, secrétaire général du RAJ- Samy - Hassani Ould Ouali- Nabil Ould Oulhadj, militant des droits humains -Nassim Oughlissi, militant des droits de l’homme- Samira Ouret, enseignante universitaire - Ouarda Pages, assistante sociale, consultante- Salah Rabahi, militant des droits de l’homme- Abderrahim Rabia, secrétaire national SNAPAP Migration- Sabrina Rahmani, membre de l’Observatoire citoyen algérien (OCA)- Aïssa Rahmoune, avocat et militant LADDH- Julian Raimondi, militant bénévole- Djamila Remaoun, militante des droits des femmes- Malika Remaoun, militante féministe, vice-présidente de l'AFEPEC- Rabah Rezigue, militant LADDH- Youcef Rezzoug, journaliste- Zoheir Rouis, militant Jil Jadid- Leila Saadna, cinéaste et militante féministe décoloniale- Ferhat Sadoud, avocat et militant LADDH- Mohamed Safar Zitoun, secrétaire de la LADH- Ramdane Saïdi, militant des droits de l’homme- Sabah Saïdi veuve Ayadi, bénévole dans l’association « La voix de l’enfant » Béjaïa- Said Salhi, défenseur des droits humains LADDH- Horria SAÏHI, auteure/réalisatrice- Sediki, enseignant- Brahim Senouci, universitaire, écrivain-chroniqueur- Louisa Serra, étudiante- Madjid Serrah, blogueur, militant des droits humains, Tizi Ouzou- Daoud Sidhoum, enseignant, universitaire, militant des droits humains- Cherif Si Hadj Mohand, étudiant- Tahar Si Sirir, syndicaliste et militant de la personne humaine- Mohamed Souissi, militant LADDH- Adam Tabbouche, écologiste et membre du Relais des droits humains- Zoulikha Tahar, slameuse et vidéaste- Khaoula Taleb Ibrahimi, universitaire- Yassine Temlali, journaliste et chercheur- Iflis Thninhinane, militante des droits humains- Akcil Tichefatine, militant des droits humains- Meziane Tigrine, militant des droits de l’homme- Sofia Torche, juriste droits humains- Yasmina Touati, militante associative de Voix de l’enfant de Béjaïa - Noureddine Tounsi, lanceur d’alerte et militant LADDH- Mohamed Yacoubi, GASO Oran- Halima Yakdoumi, présidente de l’association FARD- Hocine Zeghbib, universitaire, Montpellier- Al Saadi Zerguine, avocat en stage, relais des DDH- Kouceïla Zerguine, avocat et militant LADDH- Sarah Ziane, vice-président de l’association « La voix de l’enfant » Béjaïa- Boualem Ziani, syndicaliste du SATEF- Hacene Zidani, militant des causes justes- Azdine Zirem, militant anticonformiste, Akfadou