En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Appel à prévenir la probable pénurie du technétium 99, élément essentiel en médecine nucléaire

Appel à prévenir la probable pénurie du technétium 99, élément essentiel en médecine nucléaire

749 personnes ont signé. Allons jusqu'à   1,000
749 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Giovanna M. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Giovanna M.
a lancé une pétition à destination de
Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé
Le technétium 99 est une élément radioactif indispensable pour la réalisation des scintigraphies, des examens diagnostiques d'importance majeure en oncologie, cardiologie, neurologie, endocrinologie, urologie, pneumologie… et il risque de manquer drastiquement dans les années à venir.
En 2015, le réacteur Osiris de Saclay, seul producteur de technétium en France, fermera ses porte sous l'avis de l'Autorité de la Sureté Nucléaire. En attendant la mise en service du réacteur Jules Horowitz prévue pour 2018, la disponibilité de cet élément pourra subir une pénurie importante dans la période entre 2016 et 2018. Dans son Rapport au Gouvernement, l’Académie Nationale de Médecine a souligné l’impossibilité de substitution du technétium pour la plupart des examens scintigraphiques et les conséquences graves pour des dizaines de milliers de patient(e)s.
Le Gouvernement va devoir prendre bientôt une décision au sujet de la fermeture ou de la prolongation en activité du réacteur Osiris.
Pour cela, nous appelons les Pouvoirs Publics à mettre tout en œuvre pour éviter qu'une telle carence impacte de façon dramatique les personnes actuellement malades et les futurs patients.