En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Madame la Ministre, pétition pour un moratoire sur l'aluminium des vaccins

Madame la Ministre, pétition pour un moratoire sur l'aluminium des vaccins

224 personnes ont signé. Allons jusqu'à   10,000
224 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Errol V. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Errol V.
a lancé une pétition à destination de
Madame la Ministre de la Santé, mesdames et messieurs les Député/es,
Pétition pour un moratoire sur l’aluminium, le mercure et autres adjuvants contenus dans les vaccins.
Madame la Ministre de la Santé, Monsieur le Président de la République, mesdames et messieurs les Député/es :
Vous avez été récemment nommée, vous avez récemment été élu/es sur la base d’un énorme mouvement citoyen qui a bien voulu croire encore en un renouveau de la politique privilégiant le bien commun aux carrières personnelles, aux stratégies de groupes et aux lobbies. C’est le moment de nous le prouver ! Les français sont entrés ces dernières années dans une crise de confiance profonde vis‐à‐vis des pouvoirs publics, et notamment en matière de santé, particulièrement à l’attention des vaccins. Vous annoncez vouloir envisager d’étendre l’obligation vaccinale à 11 vaccins au lieu de 3 actuellement, mais vous n’ignorez pas que la méfiance, voire la défiance, des citoyens envers les vaccins est grandissante. C’est même pour cela que vous envisagez dans la précipitation le passage en force par la loi, ce qui est une première preuve de cynisme mal venu. Je vous propose d’envisager plutôt la voie de la pédagogie et de la prudence… Comme vous le savez, des travaux scientifiques au plus haut niveau ont validé depuis plusieurs décennies la neurotoxicité de l’aluminium [http://pubs.rsc.org/‐/content/articlehtml/2013/em/c3em00374d], sa biopersistence après injection, son accumulation dans le temps, sa migration vers le cerveau et le système nerveux central [https://bmcmedicine.biomedcentral.com/articles/10.1186/1741‐7015‐11‐99]. Pourtant, il est aujourd’hui l’adjuvant préféré de la plupart des vaccins alors que d’autres adjuvants inoffensifs ont joué leur rôle avec succès par le passé, notamment le phosphate de calcium dans le célèbre vaccin DTP (diphtérie‐tétanos‐polio) que nous avions tous reçu étant enfants et nos parents avant nous. Il en est de même du mercure et de ses dérivés, un métal dangereusement neurotoxique connu depuis l’Antiquité ! Pourtant, plusieurs vaccins pour adultes contiennent encore du thiomersal, un composé organométallique à base de mercure utilisé comme agent conservateur. Pourtant ce composé avait été progressivement retiré depuis les années 2000 de tous les vaccins pour enfants au nom du principe de précaution, conformément à la recommandation de l’EMEA en Europe et de l’AFSSAPS en France [http://ansm.sante.fr/S‐informer/Presse‐Communiques‐Points‐presse/THIOMERSAL]. Nous ne discutons pas ici de l’efficacité de la vaccination elle‐même ni de l’intérêt ou pas de l’étendre toujours plus, bien que ce débat existe aussi. Nous discutons ici de LA DANGEROSITE DE L’ALUMINIUM, MERCURE ET AUTRES ADJUVANTS contenus dans les vaccins qu’on nous injecte ou qu’on injecte à nos enfants, à nos parents. La recherche a prouvé l’émergence d’une maladie directement issue de la réaction à l’injection intra‐musculaire d’aluminium vaccinal : la myofasciite à macrophages [https://fr.wikipedia.org/wiki/Myofasciite_%C3%A0_macrophages], gravement invalidante à vie, touche aujourd’hui des centaines de personnes diagnostiquées dans plusieurs pays et sans doute des milliers encore non diagnostiquées, surtout si on y inclut le syndrôme de fatigue chronique qui lui est associé [http://www.vaccinssansaluminium.org/wp‐content/uploads/2015/09/20140603_Santiago_MFM_Portugal_FR.pdf]. L’hypersomnie ou la narcolepsie post‐vaccinales, touchent déjà des milliers d’adultes et d’enfants en Europe à cause de la présence de Squalène (un adjuvant connu sous le nom de AS03) dans certains vaccins anti‐grippaux [https://www.santenatureinnovation.com/narcolpesie‐vaccin‐h1n1/]. Pire encore, il y a tous les cas « douteux » qui sont d’autant plus « inquiétants » qu’ils sont très nombreux et qu’ils ne sont pas souvent pris au sérieux. On nous dit que l’apparition de la sclérose en plaque n’a pas forcément de lien avec la vaccination anti‐hépatite chez le jeune adulte, mais au nom du principe de précaution elle n’avait finalement pas été généralisée. On nous martèle depuis peu qu’une absence de relation a été prouvée entre le vaccin ROR et l’autisme chez l’enfant. Espérons ! Mais pour les autres, les penta‐ ou hexa‐valents qu’on nous force à administrer pour compenser la pénurie de DTP ? Que dites‐vous à des parents qui ont vu leur enfant normal jusque‐là devenir autiste sous leurs yeux en seulement quelques jours après le rappel Infarix (ou autre) contenant de l’aluminium ? Quand on ne leur manque pas de respect… on ne leur dit tout simplement rien ! On nous dit que les maladies neurodégénératives (Alzeihmer, etc.) seront de plus en plus fréquentes chez les personnes âgées et qu’il faut s’y préparer. Mais a‐t‐on fait une étude épidémiologique pour évaluer les vaccinations anti‐grippales à répétition vers lesquelles on pousse désormais nos parents et grands‐parents ? Ce sont pourtant les seuls vaccins pour adultes à contenir encore du mercure (thiomersal), sans parler du squalène (AS03) et de l’aluminium. Et on connait des patients décédés après une forme agressive d’Alzheimer provoquée par une inhalation professionnelle de poussière d’aluminium [https://jmedicalcasereports.biomedcentral.com/articles/10.1186/1752‐1947‐8‐41]. Mais pourquoi tous ces doutes qui pour vous ne sont peut‐être que des « rumeurs » ? Les pro‐aluminium se contentent de répéter que les anti‐aluminium n’ont pas prouvé de manière fiable sa dangerosité. Mais l’innocuité de celui‐ci n’a pas non plus été prouvée et pourtant on l’utilise à tour de bras. Alors qui croire ? Lorsque les chercheurs demandent des financements indépendants pour avancer leur recherche on leur fait l’aumône tout au plus. Lorsqu’une commission parlementaire est convoquée pour examiner la question d’un moratoire sur les adjuvants aluminiques, on lui répond que ce serait trop long / trop couteux / trop risqué. Mais qu’attendons‐nous alors, un énième scandale sanitaire ? Ou la défiance massive de la population ? Malheureusement depuis les années 2000 les lobbies pharmaceutiques ont opéré un virage dangereux, organisant des pénuries de production du triple‐vaccin DTP obligatoire pour nous vendre de force des vaccins tétra‐, penta‐, voire hexa‐valents (contenant en plus des vaccins recommandés mais non obligatoire comme coqueluche, influenza ou hépatite). Pourtant, le vaccin DTP de Sanofi‐Pasteur est toujours autorisé et il suffirait de le remettre sur le marché illico. Mais pourquoi le fabriquant ne le fait‐il pas alors que la loi l’y oblige comme l’a rappelé le Conseil d’Etat le 8 février 2017 ? [http://www.conseil‐etat.fr/Decisions‐Avis‐Publications/Decisions/Selection‐des‐decisions‐faisant‐l‐objet‐d‐une‐communication‐particuliere/CE‐8‐fevrier‐2017‐M.‐B] Il prétexte que ce vaccin a soudain été mal supporté et qu’ils ont préféré le retirer au nom du « principe de précaution » (ironie ?) et au profit… de 4, 5, voire 6 vaccins combinés contenant tous de l’aluminium ! Mais où sont les études montrant la survenue d’effet inexpliquée ? Il n’y en a pas, c’est pourquoi l’association E3M a porté plainte pour « faux et usage de faux » [https://www.youtube.com/watch?v=18DEsGWT0n8]. Pourtant la France était bien partie, étant même avant‐gardiste en la matière, puisqu’il s’y est tenu la première commission parlementaire exemplaire sur les adjuvants vaccinaux le 22 mai 2014 [http://videos.assemblee‐nationale.fr/video.2349500_5559968dd8b53]. Malgré la richesse des débats, la pertinence des interventions, et la défense des points de vue contradictoires, la question du moratoire a été écartée et il a simplement été suggéré de mieux financer la recherche en attendant ! Cela fait désormais 3 ans, les nouveaux résultats confirment les anciens… [pour les détails voir https://scholar.google.fr/scholar?q=macrophagic+myofasciitis&btnG=&hl=fr&as_sdt=0%2C5&as_ylo=2015] et il ne se passe toujours rien. Pire, on nous propose un déni de démocratie en reléguant aux oubliettes cette proposition des plus pertinentes et en promettant un renforcement législatif contre‐productif ! Tout récemment, la justice européenne vient de faciliter l’indemnisation des accidents vaccinaux en permettant de reconnaître la responsabilité d’un vaccin dans le développement d’une maladie même en l’absence de certitude scientifique [ http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/06/22/vaccins‐la‐justice‐europeenne‐facilite‐l‐indemnisation‐des‐accidents_5149182_1651302.html]. Ne prenez pas le risque d’une déferlante ! Si vous souhaitez réellement que les gens reprennent confiance en la vaccination, ne niez pas les évidences scientifiques, ne faussez pas la balance risques/bénéfices en sous‐estimant les risques, n’essayez surtout pas le passage en force : prenez le temps, menez les enquêtes épidémiologiques nécessaires, obligez les industriels à respecter la loi ! C’est pourquoi nous vous demandons :
‐ L’instauration d’un moratoire sur les adjuvants vaccinaux ;
‐ Le report jusqu’à nouvel ordre du projet d’extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins ;
‐ La mise à disposition immédiate d’un vaccin DTP sans aluminium ni mercure (par ex. celui de Sanofi‐Pasteur toujours autorisé mais non fabriqué) ;
‐ L’amélioration des conditions d’efficience de la pharmacovigilance active.