En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Droits de locataires dans les foyers de travailleurs immigrés

Droits de locataires dans les foyers de travailleurs immigrés

279 personnes ont signé. Allons jusqu'à   300
279 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
a lancé une pétition à destination de
Ministère du Logement français
Les travailleurs immigrés en France qui vivent dans les foyers se heurtent à une politique de transformation de leurs foyers en "résidences sociales" dans lesquelles la loi et les règlements leur refusent le droit à une vie privée, refusent le droit de changer sa serrure, modifier son ameublement, héberger un membre de sa famille. Les décrets et les règlements interdisent un mode de vie collectif et permettent aux gestionnaires de considérer les délégués élus et les comités de résidents comme de simples figurants. Le Copaf (Collectif pour l'avenir des foyers) les comités de résidents des foyers et des résidences sociales demandent la ré-écriture de tous les décrets, et de tous les contrats et règlements intérieurs pour que le statut de leurs logements soit transformé en "résidences pour travailleurs isolés" avec le droit entier à une vie privée dans son domicile principal, le droit à des espaces collectifs de taille et de fonctions diverses, et de réelles compétences pour les délégués élus aux comités de résidents, notamment un droit de modification des règlements intérieurs, le droit à la co-gestion de la vie collective, un droit de contrôle et de discussion des charges, tarifs et prestations.