En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Pour que M. Hollande tienne ses promesses et modifie le statut de l'animal.

Pour que M. Hollande tienne ses promesses et modifie le statut de l'animal.

27,006 personnes ont signé. Allons jusqu'à   30,000
27,006 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Ginie Van de N. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Ginie Van de N.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur François Hollande, Président de la République Française



Paris, le 22 février 2014


Monsieur François Hollande

Président de la République

Palais de L’Elysée 55 rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 Paris

LETTRE OUVERTE à Monsieur François Hollande, Président de la République



Monsieur le Président,


C’est avec une grande tristesse que je viens de lire l’interview que vous avez donnée à l’hebdomadaire « France Agricole » parue hier vendredi 21 février 2014, dans laquelle vous affirmez votre souhait de ne pas faire évoluer le statut de l’animal.

Ce refus de changer la législation maintient les animaux au rang de « bien meuble », tels que définis par l’article 528 du code civil datant de ...1804 !

Dans cet entretien vous avancez que « les premiers à aimer les animaux sont les éleveurs qui les soignent ». En affirmant cela, d’une part vous faites abstraction des lois pourtant votées mais non appliquées ainsi que des infractions constatées dans les élevages Français et pour lesquelles la Commission Européenne a rappelé la France à l’ordre à plusieurs reprises, en juin 2012 pour les poules pondeuses, en 2013 pour les élevages porcins, sans parler des élevages d’oies.

D’autre part, en limitant votre réflexion à l’élevage, vous semblez sous-évaluer toutes les non-conformités encore dernièrement constatées dans les abattoirs par l’Office Alimentaire et Vétérinaire européen, les conditions de détentions d’animaux dans le cadre d’activités dites de Loisirs (Cirques, delphinarium…), et vous faites l’impasse sur les 63 millions d’animaux de compagnie des Français.

Pourtant, au cours de la campagne présidentielle vous aviez indiqué votre volonté de vouloir « réfléchir à la définition d’un nouveau statut juridique de l'animal qui reflète les vérités scientifiques ainsi que l'évolution de la perception des animaux dans la société » et la nécessité de « réformer le Code civil afin que ce dernier ne définisse plus l'animal par son utilisation, en tant qu'objet patrimonial, mais bien comme un être sensible. »

Je me rappelle également d’un slogan « Le Changement, c’est maintenant ! ».

Monsieur le Président, je peux comprendre que le contexte actuel soit perturbé mais j’espère que cette interview ne reflète pas vos intentions, car tous les Français attendent avec impatience ce changement de statut que vous aviez annoncé lors de votre campagne.

Ginie Van de Noort

Fondatrice d’Atout SPA

Administratrice de la SPA

ATOUT SPA 51, rue Carnot 92 300 Levallois Perret atoutspa@gmail.com