En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
SAUVONS LE METIER DE PROTHÉSISTE ONGULAIRE !

SAUVONS LE METIER DE PROTHÉSISTE ONGULAIRE !

6,161 personnes ont signé. Allons jusqu'à   10,000
6,161 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Françoise Le C. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Françoise Le C.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur le Ministre de l'Economie et des Finance
La profession de Prothésiste ongulaire connaît depuis fin 2013 de grosses difficultés qui risquent, si l’on ne réagit pas, de laisser des milliers de personnes sans travail.
Effectivement, certaines Chambres des Métiers ont reçu une circulaire de la DGCCRF leur demandant de refuser, depuis plusieurs semaines, toute immatriculation au métier de Prothésiste Ongulaire sans être titulaire d’un diplôme d’esthétique. En parallèle, beaucoup de professionnel(le)s en activité sont également contrôlé(e)s par les services de la Répression des Fraudes avec intimidations et menaces de fermetures !
Cette circulaire s’appuie sur l'article 16 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l'artisanat, que complète le décret n° 98-246 du 2 avril 1998.
QUELLE ABERRATION, SACHANT QUE DEPUIS 1996 ON NOUS A LAISSÉ TRAVAILLER ET DEVELOPPER TOUT UN MARCHÉ QU’ON VOUDRAIT AUJOURD’HUI DETRUIRE ET QUE LES ESTHETICIENNES ARTISANES SOUHAITENT RECUPERER !!
Par courrier du 1er septembre 2011 adressé à la CNEP/UPCOM, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au Commerce confirmait que «lorsqu’elles sont pratiquées à l’exclusion de toute autre prestation esthétique, ces activités ne relèvent donc pas du champ d’application de la loi du 5 juillet 1996 qui prévoit que l’activité de « soins esthétiques à la personne (…) » doit être exercée sous le « contrôle effectif et permanent» d’une personne qualifiée. Ces principes relatifs à la qualification professionnelle sont identiques, sans aucune dispense, pour les auto-entrepreneurs et pour les artisans».
Ce courrier, qui fait suite à 3 courriers des Ministres précédent, confirme officiellement qu’il n’est pas nécessaire de posséder un diplôme d’esthéticienne pour exercer le métier de prothésiste ongulaire, en l’état actuel de la réglementation !
Cette doctrine ministérielle a été réaffirmée en octobre 2013 par le chef de bureau du Ministère de l’Artisanat qui écrit : « En matière d’esthétique, depuis 1998, il y a eu un raisonnement constant, consistant à déterminer s’il y avait intervention sur la peau ou non. Dès lors qu’il y a une intervention sur la peau, il y avait un risque potentiel pour le consommateur. Dans la mesure où il n’y a pas d’intervention sur la peau, il n’y a pas d’exigence de qualification. C’est aujourd’hui la position officielle du Ministère chargé de l’artisanat ».
Nous rappelons aussi qu’aujourd’hui la prothésie ongulaire n’existe pas au référentiel du CAP d’esthétique ! EXIGER CE DIPLÔME RELEVE ALORS D’UN NON SENS AVÉRÉ !!!!
Conscients qu’il existe cependant des dérives dues à l’absence d’obligation de qualification, la profession demande dans l’urgence la mise en place d’une formation qualifiante obligatoire de minimum 105 heures conformément à l’accord intervenu entre les syndicats professionnels de la branche CNEP /CNAIB /FIEPPEC dans le cadre de la NORME AFNOR XP X50-831-2 « Soins de beauté et de bien-être – Partie 2 : Exigences spécifiques de qualité de service relatives aux soins de prothésie et de stylisme ongulaire ». Cette qualification permettra à la profession d’exercer son activité en toute sérénité et par là même de fournir un gage de professionnalisme aux clientes.
Dans le contexte actuel, IL N’EST PAS CONCEVABLE D’ACCEPTER LA MISE À MORT de 9 000 entreprises et la mise au chômage de 15 000 salariés. La profession n’a jamais cessé d’évoluer et d’apporter au marché de la beauté une croissance économique de +7% ANNUELLE EN CONTINU DEPUIS 10 ANS.
Par ces motifs nous REFUSONS l’intox des organismes qui se substituent au secrétaire d’état en intimidant les personnes contrôlées. Nous REFUSONS que les esthéticiennes aient le monopole des actes de prothésie ongulaire. Nous demandons aux représentants de l’Etat d’OUVRIR LE DIALOGUE AVEC LES SYNDICATS REPRESENTATIFS DES METIERS DE L’EMBELLISSEMENT DES ONGLES UPCOM/CNEP et SFPO pour la mise en place d’un Certificat de Compétence qualifiant de Prothésiste Ongulaire obligatoire .
Prothésiste Ongulaire, acteur des métiers de l’ongle, Syndiqué ou non, client(e), passionné(e) de nail art ou simplement sympathisant, j'exprime ainsi la volonté d'une reconnaissance du métier de l’ongle.Je demande la mise en place immédiate d’un Certificat de Compétence de Prothésiste Ongulaire établi en concertation avec la profession.Je demande donc au Ministère de l’Economie et des Finances, et au Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social, au Ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme la plus grande attention aux propositions qui pourront être amenées par le Syndicat Français des Prothésistes Ongulaires (SFPO).