En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Psychologies Magazine: Pour que "Psychologies Magazine" respecte les droits des transexuels

Psychologies Magazine: Pour que "Psychologies Magazine" respecte les droits des transexuels

1,039 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,039 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Emilie Marcelle H. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Emilie Marcelle H.
a lancé une pétition à destination de
Psychologies Magazine
Dans le numéro de mars 2014 de Psychologies Magazine, la célèbre psy Claude Halmos répond à la question de Lucie, 6 ans :

"Je veux devenir un garçon. Pourquoi ce n'est pas possible" ?

Réponse de Claude Halmos :

"Tu ne peux pas devenir un garçon Lucie, parce que tu es née, comme ta mère, dans un corps de fille. De même que ton frère est né, comme ton père, dans un corps de garçon. Et ça, on ne peut pas le changer. Parce que l'on ne peut pas revenir en arrière et renaître dans un corps différent. Cela fait partie des limites que la vie nous impose. Elles peuvent nous mettre en colère parce que nous aimerions n'en avoir aucune et pouvoir réaliser tous nos désirs et accomplir tous nos rêves. Devenir fille si on est garçon ou garçon si on est fille. Ou même être (pourquoi pas ?) les deux à la fois. Et en plus voler comme les oiseaux et nager comme les poissons. On aimerait bien, mais ce n'est pas possible(...)"

Ce magazine à grand tirage doit reconnaitre l'expérience intime et personnelle de son genre profondément vécue par chacun, qu’elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance, contrairement à ce qu'avance Claude Halmos.

Parce que s’affirmer homme ou femme n’est pas une question de choix ou de volonté et ne relève pas d’une décision arbitraire, conjoncturelle ou fantasmatique. C'est un processus d'affirmation lié à une conviction profonde, souvent ressentie depuis l’enfance, ne relevant pas d’une identification passagère mais bien de l’identité même du sujet.