En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
au President americain Barrack Obama: La fin de l'occupation militaire USA/MINUSTAH en HAITI

au President americain Barrack Obama: La fin de l'occupation militaire USA/MINUSTAH en HAITI

122 personnes ont signé. Allons jusqu'à   1,000
122 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Josue M. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Josue M.
a lancé une pétition à destination de
au President americain Barrack Obama
POUR
L’HONNEUR ET LA DIGNITÉ DE L’AMERIQUE



PÉTITION



Au Président
Barrack Obama pour le refus du vote des Etats-Unis d’Amérique au renouvellement
de la MINUSTAH en octobre 2016


 


Monsieur le Président,

 

Les organisations et personnalités signataires de cette pétition saluent
votre démarche de rehausser le prestige et la dignité de votre nation mis à mal
à travers maintes décisions regrettables du passé touchant des pays aussi éloignés
que le Japon/Hiroshima en Asie, et Cuba, frappé de plus de 50 ans d’embargo,
dans la Caraïbe.

 



En ce 28 juillet 2016, il importe de rappeler qu’Haïti nécessite des
Etats-Unis d’Amérique, un nouveau regard, une nouvelle pratique visant à déstructurer
pour de bon, des ingérences ouvertes ou déguisées comme celles du 28 juillet 1915
ou celle plus récente des troupes d’occupation USA/MINUSTAH.



 

La rigueur de votre statut d’avocat doublé de sénateur associé à celui
de Président concerné par les normes institutionnelles, ne saurait laisser échapper
à votre attention, que l’Accord du 9 juillet 2004 signé pour l’arrivée des
troupes de la MINUSTAH en Haïti, est nul au regard des prescrits de la Convention de Vienne sur les traités
internationaux.  En effet, l’une des
parties signataires n’était pas qualifiée. Pourtant, c’est de cet accord nul, illégal
qu’ont découlé les renouvellements incessants de la présence de facto de cette
mission militaire.

 



Hélas, cela n’est pas sans rappeler les scandaleuses pratiques de
l’occupation américaine où, de 1916 a 1930, il a été interdit au peuple haïtien
de voter ses députés et sénateurs comme l’indique le conseiller financier américain
de l’époque, A.C. Millspaugh: « Americans
in Haiti actively interfered in domestic affairs...and participated in the suspension
from 1916 to 1930 of a popular elections and an elected legislature
». (Millspaugh A.C.
HAITI UNDER AMERICAN CONTROL-1931)


 



Monsieur le President
, pour l’Honneur, l’Ethique, et la Dignité de l’Amérique, il est urgent
de mettre fin à cette situation déshonorante faite à Haïti, premier pays
souverain, sans esclave de l’Amérique. Haïti a ainsi consacré l’abolition de
l’esclavage en 1804 avec son premier chef d’Etat Jean-Jacques Dessalines alors
que les Etats-Unis d’Amérique ont dû attendre leur 16e président
pour l’accomplir, soit avec un retard de 59 ans.

 



A noter que les pages de l’histoire des Etats-Unis de 1861 à 1865 montrent
un pays divisé ayant deux présidents en même temps  et deux visions :  Jefferson Davis, l’esclavagiste et Abraham Lincoln, l’anti-esclavagiste. L’affrontement de ces deux visions s’est matérialisé
dans une guerre civile qui a provoqué la mort sanglante de plus de 600 mille Américains ;
toutefois ce fut heureusement la vision anti-esclavagiste d’Abraham Lincoln qui
 triompha. En effet, les Etats de l’Union réalisaient leur 1er
janvier 1804 quand le président Lincoln fixait au 1er janvier 1863
l’émancipation des esclaves.

 



Pays accroché dès sa fondation à l’idéal de liberté des nations, Haïti
en 1861, année de la guerre civile américaine, offrait, pour sa part, avec
honneur, la vie de ses fils qui, les armes à la main, luttaient côte à côte
avec des patriotes dominicains contre la nouvelle occupation espagnole en République
Dominicaine, pays voisin.



 

Maintenir l’occupation USA/MINUSTAH sur la base d’un document
international illégal, c’est donc insulter le haut idéal humaniste haïtien et consacrer
la mise à mort morale et civique des jeunes générations auxquelles on force à
adopter et pratiquer l’illégalité, la fraude et la démocratie au rabais comme
normes.

 



Faut-il encore mentionner le caractère de désinstitutionalisation lié à
cette mission qui oblige des secteurs nationaux dont le système judiciaire et
bien d’autres, à se plonger dans une relation contre nature avec cette force illégale
et inconstitutionnelle. L’affaiblissement institutionnel est tel que des juges
de la Cour de Cassation, autrement
dit la Cour Suprême haïtienne, se retrouvent à recueillir et valider le serment
de membres de Conseils Electoraux non permanents, donc inconstitutionnels; et
cela sous le regard approbateur des occupants minusthiens.

 



Au fait, de 2006 à 2016, le gouvernement étasunien n’a cessé d’injecter
l’argent des contribuables américains dans une série d’élections
inconstitutionnelles truquées qui ne servent guère les intérêts supérieurs
d’Haïti sinon que l’enliser dans une crise de plus en plus aigue et dans la
corruption institutionnalisée.  Ce que le
peuple haïtien avait bien compris et exprimé à travers ce grand mouvement de
refus du 22 janvier 2016 quand il s’est levé comme un seul homme pour dire
NON !

 



En outre, la mise sous contrôle du Parlement haïtien sous l’occupation
USA/MINUSTAH, a provoqué l’inertie systématique de toutes les législatures
depuis 2006 en vue de la tenue officielle d’une Assemblée Nationale sur l’Accord illégal du 9 juillet 2004 comme l’exige
l’article 98-3 de la Constitution haïtienne touchant l’approbation ou le rejet
des accords internationaux ; faut-il préciser que la Loi-Mère interdit,
par ailleurs, la présence de troupes étrangères sur le territoire (Art 263-1).

 



Monsieur le Président
, s’il est vrai que les Etats-Unis d’Amérique, en 1861, étaient traversés
par deux visions : esclavagiste et anti-esclavagiste, soyez assuré qu’Haïti
connaît aussi une double vision : la vision pro-occupation négative,
deshumanisante et destructrice et la vision constructive et digne pour le droit
légitime à l’auto-détermination du peuple haïtien, et à laquelle nous,
signataires, sommes fidèlement attachés.



 

Il convient de rappeler que l’année 2016 s’inscrit dans la période décrétée à
travers une résolution de l’Organisation
des Nations-Unies
comme étant celle de la "Décennie des personnes d’ascendance africaine" et de la
valorisation de leur apport au patrimoine de l’Humanité. Est-il simplement cohérent
qu’Haïti, Première nation de l’Amérique édifiée par la diaspora africaine en rejet
de l’esclavage et de la domination coloniale, puisse subir l’affront d’une liberté
confisquée  par des forces étrangères
USA/MINUSTAH ?

 



Vous avez donc, Monsieur le Président,
la responsabilité historique de vous opposer à la permanence de cette situation
aidant ainsi à fermer cette fracture morale infligée à Haïti et au monde et
restaurer sur ce dossier, une pleine cohérence au système des Nations-Unies dont
le texte fondateur, la Déclaration
Universelle des Droits de l’Homme
, porte les empreintes, entre autres, d’un
diplomate haïtien averti : Emile Saint-Lot.

 



Pour la Dignité et l’Ethique de l’Amérique, nous, les organisations et
personnalités signataires vous encourageons instamment, à vous élever à la
dimension d’un Abraham Lincoln et clôturer votre mandat par ce geste réparateur
qu’est le refus du vote des Etats-Unis d’Amérique au Conseil de Sécurité pour le renouvellement de la MINUSTAH, véritable
insulte aux normes internationales.

 

Suivent les signatures  :