En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Ministère de la Santé: Pour une campagne de santé publique contre l'AVC

Ministère de la Santé: Pour une campagne de santé publique contre l'AVC
  
  

 


Pourquoi c'est important

Chaque année, l'AVC (Accident Vasculaire Cérébral) touche 150 000 personnes en France. 1 toutes les 4 minutes.

Contrairement aux idées reçues, tous les âges sont concernés. Ceux sont notamment 1000 enfants qui en sont victimes tous les ans.

En France, chaque année, 30 000 personnes en décèdent.

La plupart des rescapés vivent ensuite avec des séquelles motrices, neurologiques, psychologiques... Il est la 1ère cause de handicap chez l'adulte.

Malgré cela, les pouvoirs publiques n'ont jamais réalisé une campagne durable d'information et de prévention, comme elle peut exister contre les accidents de la route, le cancer du sein, le tabagisme...

Il est donc important de :
- réaliser et diffuser régulièrement des spots tv et radio afin que chacun puisse reconnaitre les signes d'un AVC et ait le réflexe d'appeler le 15. Les 3 premières heures sont cruciales.
- prévenir les personnes à risque comme par exemple les hypertendus, les diabétiques, les personnes présentant du cholestérol, et les accompagner dans leur cheminement vers une vie plus saine
- informer les victimes, leurs aidants et leur famille, trop souvent abandonnés à leur sort après l'hospitalisation. Un guide expliquant les différents types et causes d'AVC, leurs séquelles, les spécialités à consulter afin d'y remédier, les organismes à contacter dans leurs démarches administratives, etc pourrait y palier.

Il est primordial que victimes, associations, professionnels de santé et le ministère de la santé se rencontrent afin d'échanger sur les problématiques qui entourent l'AVC, et trouvent des solutions à appliquer rapidement.

J'ai été moi même victime de 2 AVC en janvier 2017 à l'âge de 31 ans et je suis convaincue qu'il est urgent que l'AVC soit reconnu et traité comme un véritable problème de santé publique.

Publiée Mai 16, 2017
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: