Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

Un génocide que nous pouvons arrêter

Aux membres du Conseil de sécurité de l'ONU et aux pays de la région:

En tant que citoyennes et citoyens du monde entier profondément inquiets de la situation au Soudan du Sud, nous vous appelons à prendre toutes les mesures nécessaires pour y faire cesser la spirale de la haine et de la violence. Cela implique d'imposer un régime de sanctions sévères sur le gouvernement, les chefs rebelles et les commandants responsables des violences, et de renforcer la mission de maintien de la paix MINUSS afin qu'elle dispose de suffisamment de troupes et de moyens pour mieux protéger les civils. Nous vous exhortons à déployer une assistance humanitaire immédiatement afin d'éviter la famine. Enfin, les responsables de ces atrocités doivent être traduits devant une Cour internationale. Il y a 20 ans, le monde disait "plus jamais ça" après le génocide rwandais -- il est temps de mettre cette promesse en pratique.

Indiquez votre adresse e-mail:
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Des femmes et des enfants arrachés des écoles et des hôpitaux puis massacrés sur le bord de la route, une propagande haineuse envahissant les ondes – le Rwanda il y a 20 ans? Non, cela se passe maintenant au Soudan du Sud, mais nous pouvons l'arrêter.

Deux hommes sont à l'origine des violences: le Président Salva Kiir et son ancien vice-Président Riek Machar. Pris dans une lutte de pouvoir sans merci, ils attisent les tensions entre des groupes ethniques qui ont vécu en paix pendant des décennies. Tous deux ont des biens et de la famille à l'étranger. Si nous touchons Kiir et Machar là où ça fait mal – le portefeuille – nous pouvons empêcher ce cauchemar de devenir un génocide.

Les pourparlers de paix reprennent lentement. Les États-Unis et la France ont appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer des sanctions et à déployer davantage de casques bleus pour protéger les civils. Certes, la Russie pourrait tenter de maintenir le statu quo, mais même la Chine ne veut pas voir ce pays riche en pétrole glisser vers le chaos. Nous pouvons donc réussir – à condition d'agir vite. Soyons un million à exiger des dirigeants-clés qu'ils imposent des sanctions et déploient une mission plus robuste pour protéger le peuple du Soudan du Sud.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un chat ou sur Skype: