Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

Contraint d'utiliser des pesticides

À Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire:

Nous, citoyens français engagés pour une agriculture durable et respectueuse de la planète en France, sommes atterrés de savoir qu'un paysan bio peut être poursuivi en justice pour refuser l'utilisation de produits phytosanitaires sur ses terres. Nous vous demandons de cesser vos poursuites à l'encontre de M. Thibault Liger-Belair, d'assouplir le champ de l’arrêté préfectoral n° 2014-120-0017 et de favoriser de manière systématique le dialogue avec les paysans de la région afin d'étudier les solutions alternatives au traitement préventif généralisé par pesticides.

Indiquez votre adresse e-mail:
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Derniers signataires

Contraint d'utiliser des pesticides

Transformer son champ en cimetière d’insectes. Voilà ce qu’a refusé de faire un vigneron bio de Bourgogne en s’opposant à l’empoisonnement forcé de sa terre par des pesticides. Mais dans quelques jours, il est jugé en correctionnelle pour cela! En nous unissant, nous pouvons dénoncer cette aberration et protéger l’avenir d'une agriculture saine et pérenne en France.

Thibault a refusé d’appliquer un arrêté préfectoral qui impose l’usage préventif de pesticides contre une maladie des vignes. Les alternatives non-chimiques existent; mais elles ne pourront se développer que si la démarche des paysans bio est respectée. Avec un tollé citoyen d'ampleur inédite, nous pouvons mettre fin à ces politiques qui sont des coups de massue frappant à l’aveugle des régions toutes entières.

Ne laissons pas Thibault, ni aucun autre agriculteur bio à l'avenir, payer pour avoir refusé d'utiliser du poison! Il est encore temps de demander au préfet de Saône-et-Loire d’abandonner les poursuites; si nous sommes des dizaines de milliers à signer la pétition ci-contre, nous ferons de ce cas un précédent clef dans la protection de la filière bio en France.

Publié le

Parlez-en à vos amis!