En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

Non à la Formule 1 à Bahreïn, régime brutal

A l'attention de Red Bull et des autres équipe de F1:

Nous vous appelons à déclarer publiquement que vous ne participerez à aucune course à Bahreïn cette année, car le gouvernement a tué et blessé des centaines d'innocents qui s'exprimaient pour défendre leurs droits. Votre réputation, et celle de la Formule 1, seront affectées si vous récompensez ce régime meurtrier.

Indiquez votre adresse e-mail:
Entrez votre numéro de téléphone si vous souhaitez être contacté(e) par téléphone ou par SMS.
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Derniers signataires

Mise en ligne le 2 juin 2011
La boisson Red Bull s'est construit une réputation liée au sport et à la fête -- mais ce vendredi, elle et les autres équipes à la tête du championnat de Formule 1 pourraient devenir célèbres pour avoir appuyé un gouvernement qui torture et assassine. Après un premier report, l'association Formula One a en effet 24 heures pour décider d'organiser ou non un Grand Prix à Bahreïn, site de l'une des répressions les plus brutales au Moyen-Orient.

Si Red Bull refuse de concourir à Bahreïn, d'autres équipes vont aussitôr se retirer -- et la course de Formule 1 pourrait être annulée, ce qui provoquerait des remous au sein du violent régime bahreïni et enverrait un message clair indiquant que le monde ne ferme pas les yeux face à la brutalité étatique. Les boycotts sportifs ont exercé une forte pression sur d'autres régimes comme celui de l'apartheid en Afrique du Sud -- nous pouvons encore y parvenir.

Red Bull n'agira que si nous sommes suffisamment nombreux à exprimer clairement que sa marque, et toute sa réputation, sont en jeu. Faisons résonner un appel que les hommes de main du gouvernement bahreïni ne pourront faire taire, et appelons Red Bull à déclarer que son équipe ne participera pas à la course cette année. Si 300000 d'entre nous signent la pétition, Avaaz lancera une campagne de publicités coup de poing pour porter nos voix jusqu'aux dirigeants de Red Bull. Il ne nous reste qu'un seul jour -- signez dès maintenant.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: